Actualités Images La voix du Pape Livres Visiteurs Index Autres sites Qui je suis Recherche
Page d'accueil Actualités

Actualités


"Ferragosto" avec Benot XVI à Castelgandolfo Vacances aux Combes Dernières entrées 2009, année sacerdotale L'Encyclique sociale Obama et l'Eglise 28 avril: L'Aquila Père Scalese Quatre ans de Pontificat

L'Ascension

Méditation du Père Scalese (24/5/2009)

J'étais sûre que ce site était "laïc". C'était mon intention.
Mais aujourd'hui, en Italie, on fête l'Ascension du Seigneur. Et Benoît XVI s'est rendu au Mont-Cassin.
C'était une belle journée.
La méditation du père Scalese m'a donné l'envie de la traduire, car elle me, elle nous concerne. Pour réfléchir sur le devoir qui nous incombe, comme catholiques.
"... vous recevrez la force de l'Esprit Saint qui descendra sur vous, et vous serez mes témoins… jusqu'aux frontières de la terre".
C'était le "motto" choisi pour les JMJ 2008, à Sidney.

dimanche 24 mai 2009


Ascension du Seigneur (site du Père Scalese)

Dans la célébration de l'Ascension du Seigneur, nous devons considérer deux aspects : l'un concerne Jésus, l'autre nous concerne.

1. Avec l'Ascension se conclut l'aventure humaine du Fils de Dieu. S'étant incarné, il a accompli sur la terre la mission que lui a confié le Père, et qui se conclut avec sa mort sur la Croix.
Avec la Résurrection, l'humanité du Fils de Dieu est définitivement glorifiée.
Avec l'Ascension, rien ne change dans la condition de l'homme-Jésus; seulement, il cesse d'être vu par les hommes.
Ce n'est pas qu'il cesse d'être présent dans le monde ; simplement, il change la modalité de sa présence. Nous sommes tentés de dire : une présence invisible, plutôt que sensible.
Mais ce n'est pas entièrement exact: Jésus peut être encore « vu », mais d'une autre manière.

2. Voilà comment nous sommes impliqués dans le mystère de l'Ascension : aujourd'hui Jésus peut être «vu» à travers ses disciples, dans son Église.
C'est la nouvelle modalité de présence du Christ dans le monde. Il est la Tête, à présent dans la gloire (« à la droite du Père »), et nous sommes son Corps, matériellement, et pas seulement spirituellement, présent dans le monde. D'où l'importance des derniers mots de Jésus avant de monter au ciel.
Avant tout, une promesse : « Bientôt, vous serez baptisés dans l'Esprit Saint… vous recevrez la force de l'Esprit Saint qui descendra sur vous, et vous serez mes témoins… jusqu'aux frontières de la terre ».

Donc, un commandement, avec l'indication de quelques « signes de reconnaissance » :

« Allez dans le monde entier et proclamez l'Évangile à chaque créature. Tels seront les signes qui accompagneront ceux qui croient : en mon nom, ils chasseront les démons, parleront des langues nouvelles, prendront en main les serpents et, s'ils boivent quelque poison, il n'en seront pas atteints; ils imposeront les mains au malades et les guériront ».

Justement parce que nous sommes le « prolongement » du Christ aujourd'hui, nous devons, avant tout, être comme lui: c'est pourquoi nous avons besoin de son Esprit, qui nous rend semblable à lui.

En second lieu, nous devons faire ce qu'il a fait : « Proclamez l'Évangile ». Et même, nous sommes appelés à faire « plus » que ce qu'il a fait : il n'a pas été dans le monde entier ; il n'a pas proclamé l'Évangile à chaque créature. Il ne l'a pas fait, simplement parce que son humanité ne le lui permettait pas.
Mais aujourd'hui nous - son Église - pouvons et devons le faire.
Nous devons le faire, parce qu'il le commande ; nous pouvons, parce que nous avons reçu son Esprit. Cet Esprit qui nous permet d'accomplir les signes qu'il a faits. Ces signes ne sont pas le privilège de quelque thaumaturge ; ils sont le signe distinctif des vrais disciples : à travers eux, ils prouvent l'authenticité de leur témoignage.

Quel grand honneur et responsabilité ! Être les instruments de la présence du Christ ! Le Ressuscité continue à être présent en ce monde et à y agir à travers nous !

Terre Sainte Conférence épiscopale italienne sur l'immigration