Actualités Images La voix du Pape Livres Visiteurs Index Autres sites Qui je suis Recherche
Page d'accueil Visiteurs

Visiteurs


"Ferragosto" avec BenoÓt XVI à Castelgandolfo Vacances aux Combes Dernières entrées 2009, année sacerdotale L'Encyclique sociale Obama et l'Eglise 28 avril: L'Aquila Père Scalese Quatre ans de Pontificat

Le Pape musicien

Marie-Anne me rappelle un discours magnifique prononcé par Benoît XVI à l'issue d'un concert donné en son honneur en novembre 2006 (19/7/2009)

Après la fracture du poignet, beaucoup de journalistes ont trouvé un "filon", évoquant généreusement l'impossibilité pour le "pape pianiste" amoureux de Mozart, de s'adonner à son passe-temps favori (par exemple ici).
Ce n'est évidemment pas le plus ennuyeux pour lui.

Musicien, il l'est certes jusqu'au plus profond de son être, mais il est avant tout le Pape. Donc le Pasteur (qui bénit, et serre les mains qui se tendent vers lui) et le Maître (qui enseigne et écrit). Pour cela aussi, il a besoin de ses mains.

Mais grâce à Dieu, le musicien ne joue pas seulement du piano, il fait bien plus: il écoute, il commente, il guide notre parcours vers la beauté, et ainsi, il élargit et élève notre horizon.

Marie-Anne, elle-même musicienne, m'écrit (c'était juste avant l'accident), et me remet ainsi en mémoire le discours extraordinaire d'un critique musical hors du commun:
**************

....
puisque notre pape est en vacances et probablement va se détendre aussi en tant que musicien, je vous communique cet article que j'aime :

Dans la soirée du samedi 18 novembre 2006, la pape Benoît XVI a assisté à un concert «Philharmonia Quartett Berlin» offert en son honneur par le Président de la République d’Allemagne M. Horst Köhler. Au terme du concert, le saint Père a prononcé les paroles suivantes :

… Je désire tout d’abord exprimer mes remerciements personnels et particuliers aux quatre musiciens… pour ce concert magistral qu’ils nous ont offert.
Messieurs, au cours des 20 années de votre activité commune de concertistes, en tant que quatuor d’instruments à corde, vous avez acquis une renommée au niveau international, que vous avez également confirmée aujourd’hui par votre style raffiné, votre manière parfaite de jouer ensemble, la grande richesse d’expression dans les nuances délicates du son et la merveilleuse harmonie de votre ensemble. Jouer ensemble en solistes exige de la personne non seulement l’exercice de toutes ses capacités techniques et musicales dans l’exécution de sa propre partie, mais aussi de savoir toujours se mettre en retrait dans une écoute attentive des autres. Ce n’est que si l’on parvient à cela, c’est-à-dire si chacun ne se met pas au centre, mais, dans un esprit de service, s’insère dans l’ensemble et, pour ainsi dire, se met à disposition comme « instrument », afin que la pensée du compositeur puisse devenir son et rejoindre le coeur des auditeurs, que l’on parvient à une interprétation véritablement magistrale — comme celle que nous venons d’entendre.
Et cela représente une belle image également pour nous qui, dans le cadre de l’Église, nous engageons à être des « instruments » afin de communiquer aux hommes la pensée du grand “Compositeur”, dont l’oeuvre est l’harmonie de l’univers.
… Les compositions que nous venons d’écouter nous ont aidés à méditer sur la complexité de la vie et sur les petits événements quotidiens. Chaque journée est un mélange de joie et de douleur, d’espérance et de déception, d’attentes et de surprises, qui s’alternent de manière mouvementée et qui éveillent en nous les questions fondamentales sur “d’où” venons-nous,“vers où” allons-nous et sur le sens véritable de notre existence elle-même. La musique, qui exprime toutes ces perceptions de l’âme, offre à l’auditeur en une heure comme celle-ci la possibilité de scruter, comme dans un miroir, les événements de sa propre histoire et de l’histoire universelle.
Mais elle nous offre encore plus : à travers ses sons, elle nous conduit comme dans un autre monde et apporte en nous l’harmonie. Ayant ainsi atteint un tel moment de paix, nous sommes en mesure de voir, comme d’un point élevé, les réalités mystérieuses que l’homme cherche à déchiffrer et que la lumière de la foi nous aide à mieux comprendre.
En effet, nous pouvons imaginer l’histoire du monde comme une merveilleuse symphonie que Dieu a composée et dont il dirige lui-même l’exécution, en sage chef d’orchestre. Même si la partition nous semble parfois complexe et difficile, Il la connaît de la première à la dernière note. Nos ne sommes pas appelés à prendre en main la baguette du chef d’orchestre, et encore moins à changer les mélodies selon notre goût. Mais nous sommes appelés, chacun à notre place et avec nos propres capacités, à collaborer avec le grand Maître dans l’exécution de son merveilleux chef-d’oeuvre. Au cours de l’interprétation, il nous sera aussi donné de comprendre peu à peu le dessein grandiose de la partition divine.
Ainsi, chers amis, nous voyons comment la musique peut nous conduire à la prière ; elle nous invite à élever l’esprit vers Dieu pour trouver en Lui les raisons de notre espérance et le soutien face aux difficultés de la vie. Fidèles à ses commandements et respectueux de son plan salvifique, nous pouvons construire ensemble un monde dans lequel retentisse la mélodie réconfortante d’une symphonie d’amour transcendante. Ce sera même l’Esprit divin qui nous fera tous devenir des instruments bien accordés et des collaborateurs responsables d’une merveilleuse interprétation, à travers laquelle s’exprime au cours des siècles le dessein du salut universel."


Et Marie-Anne conclut:

Oui, heureusement que Dieu connaît la partition de nos vies depuis la première jusqu'à la dernière note !


Et pourtant, en ce temps-là... Une lettre de Jeannine