Vous Ítes ici: Articles  

JMJ: L'OFFENSIVE FINALE DES ADVERSAIRES
 

Un article d'Antonio Pelayo, un collaborateur espagnol du site Vatican Insider. Des milliers de jeunes convergent vers la capitale, mais il y en a qui voudraient saboter l'événement. Espérons qu'il n'y aura pas de débordements. (14/8/2011)

Sur ce sujet:
-> Indignados à cause du Pape
-> Des indignés pas hostiles au Pape, vraiment?
-> et tous les articles de cette rubrique: JMJ Madrid




 

Madrid, l'offensive finale des adversaires des Journées Mondiales de la Jeunesse
Article ici.
Ma traduction.
-------------------
Mardi 16 août à 19 heures, sur la Place de la Cibeles, la manifestation s'ouvrira officiellement avec une messe présidée par le cardinal Rouco Varela, archevêque de la ville. Des milliers de jeunes convergent vers la capitale, mais il y en a qui veulent boycotter l'événement.

Antonio Pelayo, à Madrid

Alors que s'approche le début du grand événement mondial, il devient de plus en plus évident que les JMJ ne vont pas décevoir les attentes qu'elles ont soulevées et qu'elles auront un résutat sans précédent.
C'est peut-être pour cette raison que ceux qui, pour une raison ou une autre, voudraient qu'elles soient un échec ont redoublé leurs attaques, parfois dialectiques et, parfois, en se livrant franchement au chantage.
Le syndicat UGT (Union générale des travailleurs) a annoncé une série de grèves dans le secteur des transports, ce qui peut compliquer la mobilité des millions de gens qui vont circuler pour la capitale espagnole lors de la visite de Benoît XVI.
Particulièrement problématique pourrait être la grève du métro de Madrid, lequel est incontournable et très pratique pour se déplacer dans la ville et se rendre à l'aérodrome des Quatre Vents où aura lieu la veillée, et la messe de clôture des JMJ.
Le même syndicat a également annoncé une grève aux mêmes dates pour le personnel au sol des aéroports.
L'autre grand syndicat - Le comité des travailleurs- ne s'associe pas à ces initiatives et on suppose qu'il y a encore la possibilité de parvenir à un accord et à une solution au problème.
En tout cas, les intentions sont claires.
Mais à coup sûr, l'attention s'est concentrée sur la manifestation contre la visite du pape, qu'ont programmé pour le 17 août une centaine d'organisations laïques (dont beaucoup, d'ailleurs, ne sont que nominales, avec un nombre d'adhérents extrêmement réduit).
Autour de la date et de l'itinéraire de la manifestation, il y eu une concertation entre les autorités et les organisateurs. Dans un premier temps, la déléguée du gouvernement de Madrid, Maria Dolores Carrion, a rejeté l'itinéraire proposé, qui incluait la symbolique Puuerta del Sol, et a proposé une alternative, toujours dans le centre de Madrid. Les organisateurs ont déclaré qu'ils considéraient comme essentiel de passer par ce point et ont maintenu leur position. Finalement, la déléguée du gouvernement a cédé et ainsi, les manifestants défileront dans les rues très centrales de Madrid, dans l'après midi du 17 août, sans renoncer à la Place, scène des grands rassemblements populaires.

Pas besoin d'être devin pour prévoir qu'il y aura beaucoup de tension qui, espérons-le, ne généreront pas d'affrontements entre certaines composantes de la manifestation et la police.
À cet égard, il ne faut pas sous-estimer que les porte-parole du mouvement des "indignados" ont exprimé leur solidarité à l'initiative, en décidant de participer au cortège. Récemment, ils ont eu plusieurs affrontements avec la police et les forces anti-émeute.

Tant l'archevêque de Madrid, que les organisateurs des JMJ ont tenté de minimiser cette réalité.
Le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi lui-même, a déclaré que "ce type de minifestations a eu lieu lors de nombreux voyages du Pape, cela fait partie de la coutume des pays démocratiques où existent la liberté d'opinion et de son expression publique" (ndt: le Père Lombardi est généreux!!).
Les responsables des JMJ espèrent toutefois, que les opposants suivront la voie de la non-violence, sans recourir au sarcasme et aux insultes contre le pape et tous les croyants en général.
"Nous aimerions - nous ont-ils dit - qu'il n'y ait pas de provocations ni d'agression laïque, mais nous ne nous leurrons pas trop à ce sujet. Ce dont nous sommes sûrs, c'est que nos jeunes ne s'interposeront pas, et sauront maintenir le calme.
La dernière "blague" est survenue aux dépens de quelques ecclésiastiques espagnols t(ndt: clergé prgressiste!!) qui ont demandé au pape d'échanger Madrid pour Mogadiscio ou de résoudre le problème de la faim. C'est une prophétie qui coûte bien peu de chose à ceux qui la proposent.




Violences en Angleterre | La pensée de J. Ratzinger de A à Z