Vous Ítes ici: Articles  

LE TROISIÈME ARTICLE DE JL RESTÀN SUR LES JMJ
 

"Que personne ne vous enlève la paix!" Carlota vient d'achever la traduction du troisième - en réalité le premier, qui date du soir de l'arrivée du Pape à Madrid. Il en manque un. Patience (27/8/2011

Voir aussi:
-> JMJ: JL Restàn (1)
-> JMJ: JL Restàn (2)




 
 

Source: http://www.paginasdigital.es/..
Que personne ne vous enlève la paix
José Luis Restán
18/08/2011
-------------------
La foi, à sa façon, a aussi besoin de voir et de toucher. Benoît XVI l’a dit en rentrant de Sydney et il convient de le rappeler à son arrivée à Madrid. Les faits se voient et se touchent, et la foi se réfère à un fait, ce n’est ni un moralisme ni une idéologie. C’est la première grande vertu de ces JMJ, qui réveillent les simagrées des hypocrites mais ne laissent pas indifférents les gens simples, pour éloignés qu’ils se trouvent de la tradition catholique.

Déjà dans l’avion le Pape a qualifié les JMJ de « signal, cascade de lumière qui donne de la visibilité à la présence de Dieu dans le monde ». C’est là qu’est leur secret, et pour cela Benoît, le Pape théologien que certains qualifient de froid, ne les laissera pas tomber. Au contraire il s’apprête au dialogue face à face avec les jeunes, un dialogue dans lequel il se sent à l’aise et tranquille. (Dans l'avion vers Madrid (2) )

À Barajas (discours à l'aéroport, cf. ici), il a déjà fait une synthèse de tout le sens de cet évènement. D’abord montrer que la relation avec le Dieu vivant, le Dieu de Jésus Christ, génère une humanité plus complète, plus disposée à affronter les défis de l’histoire. C’est une relation qui donne « une lumière pour cheminer et des raisons pour espérer », au milieu d’une telle désolation contemporaine. La relation avec Dieu rend ces jeunes simples et perspicaces, libres et tenaces, engagés dans le bien commun, ouverts au futur.

Le Pape a clairement indiqué que les JMJ ne sont pas un espace limité aux déjà convaincus mais un espace dramatique où la raison et la liberté sont mis en jeu. Pour vérifier ce que l’on a déjà rencontré, pour poursuivre sa quête de la Vérité, pour reconnaître à travers le témoignage des autres cette réponse qu’on espère mais dont on n'est pas encore arrivé à reconnaître ni le nom ni le visage. C’est ainsi que se génère une véritable amitié qui dure, qui fait grandir, qui accompagne dans toutes les vicissitudes de la vie.
À peine a-t-il mis le pied à terre qu’il a voulu rappeler tant de jeunes qui souffrent de persécution ou de harcèlement à cause de leur foi en Jésus Christ. Persécution sanglante dans tant de lieux sur terre et outrage culturelle dans tant d’autres. « Que rien ni personne ne vous enlève la paix, n’ayez pas honte du Seigneur ! », leur a crié le Pape (ndlr: cérémonie de bienvenue: "Pourtant aujourd’hui, je redis aux jeunes, avec toute la force de mon cœur, que rien ni personne ne vous prive de la paix ! N’ayez pas honte du Seigneur ! Il n’a rien objecté à se faire l’un de nous et à faire l’expérience de nos angoisses pour nous élever vers Dieu, et faisant ainsi il nous a sauvés") qui a connu les avatars de l’histoire européenne de la seconde guerre mondiale à nos jours. Et il les a invités à un témoignage courageux de leur foi, plein d’amour de l’homme qui toujours est frère. Un témoignage que ne cachera jamais leur propre identité, offert dans un vivre ensemble respectueux avec toutes les réalités présentes dans une société plurielle. Témoins, avec sympathie et sans complexes, dans une cité commune.

Place de la Cybèle, la joie était débordante. Mais le Pape, qui à le voir semblait content, ne se laisse pas porter par de fausses illusions. Il l’a dit aux journalistes : «L’ensemencement de Dieu est silencieux, son fruit n’apparaît pas tout de suite dans les statistiques » (Dans l'avion vers Madrid (2) ).
Du calme, donc, les collègues journalistes et sociologues. C’est certain, comme le reconnaît le Pape avec une simplicité sobre, que beaucoup de ce qui arrive aujourd’hui peut se perdre en chemin (c’est ainsi qu’est l’histoire et la liberté des hommes !) mais il en germera beaucoup et beaucoup donneront leur fruit dans le temps. « Je sais combien en d’autres JMJ, sont nées tellement d’amitiés, tellement de nouvelles expériences de ce que Dieu est présent. Nous avons confiance en cette croissance silencieuse et nous sommes sûrs, même si les statistiques n’en parlent pas beaucoup, de ce que réellement la semence de Dieu grandit. Ce sera pour beaucoup le début d’une amitié avec Dieu et avec les frères, d’une universalité de pensée, d’une responsabilité commune qui réellement nous montre que ces jours donnent leur fruit ».
Des paroles comme une brise légère et limpide qui enlève peurs et fantasmes. Et déjà Pierre est parmi nous, et avec lui le parfum unique de Jésus. Il n’y a pas d’autre secret.




JMJ: JL Restàn (2) | L'agenda caché des medias dominants