Vous Ítes ici: Articles  

JMJ: UN SIGNE FORT POUR LíEUROPE ET LE MONDE
 

Le très beau commentaire, lu sur le site Liberté Politique, du Père Bernard Domini, prieur de la Famille missionnaire de Notre-Dame. (28/8/2011)

Article ici: http://www.libertepolitique.com/




 
 

JMJ 2011 de Madrid : Benoît XVI et les jeunes ont témoigné de la joie de la Foi dans le Christ !
Père Bernard Domini
27 Août 2011
-----------------
Les JMJ de Madrid ont été un signe fort pour l’Europe et le monde : un million et demi de jeunes catholiques ont pu librement se réunir pendant une semaine en une capitale européenne dans la joie, la paix et l’amour et dans le plein respect des autres personnes qui ne partagent pas la foi chrétienne.

Un tel rassemblement a été possible parce que le pouvoir politique de l’Espagne a respecté les règles d’une saine laïcité positive. Benoît XVI a tenu à remercier les autorités politiques et civiles de ce pays. Ses remerciements venaient vraiment du cœur d’un Pape qui, depuis sa jeunesse, est profondément épris du respect de la liberté. Les JMJ de Madrid ont révélé la vérité des propos de notre Saint-Père à Londres : la religion n’est pas le problème des sociétés démocratiques, mais la solution. Merci aux jeunes, merci à tous les responsables politiques et religieux qui ont permis aux jeunes de l’Eglise catholique de témoigner librement de la joie de leur Foi dans le Christ !

Ces JMJ de Madrid ont également permis la réalisation de l’intuition de Jean-Paul II, le fondateur des JMJ : les jeunes et le Pape évangélisent le monde ! L’évangélisation par les JMJ dont il voulait parler n’était pas une manifestation ostentatoire, contraignante, pour « imposer » la vérité chrétienne, mais un témoignage joyeux, libre et conquérant de la Foi chrétienne dans l’amour de charité dont le fruit est la merveilleuse paix entre des centaines de milliers de jeunes de toutes Nations en un seul cœur et une seule âme. Benoît XVI a élargi la perspective de Jean-Paul II en parlant de la « naissance d'un « réseau universel d'amitié qui relie le monde et Dieu ». Cette naissance est importante pour l'avenir de l'humanité, pour la vie de l'humanité aujourd'hui. Les JMJ veulent être comme un grand chemin qui crée des amitiés, ouvre des frontières et montre qu'il est beau d'être avec Dieu, que Dieu est avec nous ».

Ces JMJ de Madrid étaient toutes centrées sur le Christ.
Chacun devra approfondir les enseignements, courts mais denses, de Benoît XVI.
On pourrait les résumer ainsi : l’homme a besoin d’être enraciné et fondé. Sans racines, il vit dans le superficiel et n’a pas de vraie espérance. Le Christ est le fondement solide sur lequel nous pouvons bâtir notre vie. L’Eglise n’est pas intolérante d’affirmer cela, parce que le Christ est la Vérité. Mais cette Vérité ne s’impose pas par la force, la contrainte ou la violence, mais par le dialogue respectueux. Benoît XVI a demandé que la liberté des croyants soit respectée et il ne cesse de proclamer que toute liberté est créée par Dieu en vue de la Vérité. L’Eglise sert les hommes, en les aidant à se mettre en recherche de la Vérité, et à y adhérer sans peur lorsqu’ils L’ont trouvée. Mais il n’est pas facile de garder la Foi dans le contexte relativiste qui est le nôtre. Benoît XVI a voulu donner confiance aux jeunes : « N’ayez pas honte du Seigneur ! N’ayez pas peur d’être catholiques ! »

A la suite de Jésus et de Jean-Paul II, Benoît XVI a été un Père aimant et exigeant : « Lorsque nous ne marchons pas à côté du Christ qui nous guide, nous nous dispersons sur d’autres sentiers, comme celui de nos propres impulsions aveugles et égoïstes, celui des propositions flatteuses mais intéressées, trompeuses et volubiles, qui laissent le vide et la frustration derrière elles… Faites grandir la plénitude de vie qui est en vous à l’aide de la grâce divine, généreusement et sans médiocrité, visant sérieusement l’objectif de la sainteté ». Il a invité chacun à répondre à cette question : « qui est le Christ pour vous ? ». Il a mis en garde contre l’individualisme : on ne pas être un chrétien solitaire mais un chrétien en Eglise. En vivant dans le « nous » de l’Eglise, on partage l’amour de Jésus, Bon Pasteur, envers tous ceux qui souffrent. Le Chemin de Croix a permis aux jeunes de différents Continents qui souffrent du terrorisme, de la guerre, de la drogue, des divisions familiales, de la marginalité, des cataclysmes et d’autres épreuves de porter la Croix de Jésus et de se savoir aimé et aidé par Lui et par Son Eglise. Benoît XVI n’a anathématisé personne, mais il a rappelé avec fermeté et douceur ses mêmes positions concernant le relativisme éthique, l’hédonisme et le matérialisme en appelant tous les hommes à vivre dans la vérité.

Le plus beau signe de ces JMJ pourrait être la sérénité joyeuse de Benoît XVI dans la « tempête » de la veillée du samedi soir. Il a attendu paisiblement que le vent et la pluie cessent tout en restant exposé sur son siège de présidence. La sérénité paisible et souriante du Pape nous a fait penser à Jésus dans la barque agitée par la tempête : Benoît XVI est bien le doux vicaire du Christ sur la terre.
Les jeunes ne s’y sont pas trompés ! L’évangile de la Messe du dimanche était bien d’actualité : « Tu es Petrus et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam ».

Bien d’autres aspects de ces JMJ sont à approfondir. Avec la Vierge Marie, en ce dimanche soir des JMJ de Madrid, nous voulions rendre grâce à Dieu pour le « signe très signifiant » de ces JMJ de Madrid et inviter à prier, dès maintenant, pour les prochaines JMJ de Rio de Janeiro en 2013, qui seront si importantes pour l’Amérique latine et pour le monde entier.
Partageons avec enthousiasme la conviction de Benoît XVI : « être enracinés dans le Christ donne des ailes à notre liberté. N’est-ce pas là le grand motif de notre joie ? N’est-ce pas là un terrain solide pour construire la civilisation de l’amour et de la vie, capable d’humaniser tous les hommes ? Chers amis, soyez prudents et sages, bâtissez votre vie sur le fondement solide qu’est le Christ. Cette sagesse et cette prudence guideront vos pas, rien ne vous fera trembler et la paix règnera dans votre cœur. Alors, vous serez heureux, contents, et votre joie se communiquera aux autres. Ils se demanderont quel est le secret de votre vie et ils découvriront que le roc qui soutient tout l’édifice et sur lequel s’appuie toute votre existence est la personne même du Christ, votre ami, frère et Seigneur, le fils de Dieu fait homme, qui donne consistance à tout l’univers. Il est mort pour nous et il est ressuscité pour que nous ayons la vie et, à présent, depuis le trône du Père, il demeure vivant et proche de tous les hommes, veillant continuellement avec amour sur chacun de nous » (discours Place Cibeles, 18 août).
Oui, les jeunes et Benoît XVI ont évangélisé l’Europe et le monde en témoignant de leur joie de croire dans le Christ et en invitant tous les hommes à édifier la civilisation de l’amour.




L'islamisation de l'Espagne... aussi! | Un récit de la veillée des Quatre vents