Vous Ítes ici: Articles  

SORTIE EN FRANCE DE HABEMUS PAPAM
 

Le film de Nanni Moretti est encensé par une critique complaisante par connivence politique (8/9/2011)

-> Voir ici la critique formidable et définitive du card. Barbarin: Le cardinal Barbarin a vu "Habemus Papam"




 
 

La presse unanime salue en plus la "performance magnifique" de Michel Piccoli.
Cette unanimité n'aurait-elle pas un rapport avec la bio du vieil acteur, et ce que je lis de lui sur wikipedia , à la rubrique "engagements politiques":

Engagé politiquement à gauche, membre du Mouvement de la Paix (communiste), il s'est souvent illustré par ses prises de position contre le Front national, et s'est mobilisé pour Amnesty international. En mars 2007, il a signé avec 150 intellectuels un texte appelant à voter pour Ségolène Royal, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance ». Après avoir soutenu François Mitterrand en 1981, il reste fidèle au camp socialiste.

Comment un tel homme peut-il jouer le rôle d'un Pape, pour lequel il ne peut évidemment pas éprouver la moindre empathie?

Article élogieux, par exemple, sur Témoignage Chrétien, qui voit curieusement dans le film une "belle fable sur l'obéissance" (???), comparant l'argument à l'histoire, mille fois filmée, [du] fiancé ou la fiancée qui s’esquive à l’heure de répondre au prêtre....

France Soir - au bord du dépôt de bilan, mais toujours cité dans les revues de presse - a interviewé Michel Piccoli (cf. Belgicatho) qui se fend d'une réponse laissant supposer que s'il est - peut-être! - un grand acteur, il est aussi un bien piètre observateur de l'actualité, et qu'avant de se glisser dans la soutane blanche, il a peu étudié son personnage!

[Benoît XVI] est un érudit de la religion catholique, mais il arrive après Jean-Paul II qui fut un pape d'exception, un homme d'exception, un voyageur d'exception, un croyant d'exception. Il avait une beauté physique d'exception. Ça compte, non ?! Même si on est pape, on a le droit d'être beau ou laid. Benoît XVI ne voyage pas, reste enfermé dans son bureau et on ne sait pas ce qu'il pense.

Il faut oser!!!

Bien sûr, on peut comprendre que l'aspect supra-naturel de l'élection d'un Pape échappe à un agnostique.
Bien sûr aussi, on peut s'amuser de tout (enfin, il paraît!)
Cela permet-il pour autant d'en tirer l'argument d'un film, qui tourne ainsi en dérision (pas méchamment, nous dit-on de tous côtés... voire) les convictions les plus profondes d'une catégorie de la population?
En ces temps où l'ignorance de "l'homme de la rue", en matière de religion, est abyssale, j'éprouve un vrai malaise à voir mêlé le successeur de Pierre actuel à une fiction dont l'ensemble des medias laisse supposer qu'elle pourrait bien devenir réalité.
-----------------

Excellent article sur Belgicatho, qui conclut:
....
Le pape de Moretti a beau manger des glaces, prendre un bus, se balader en ville… des cardinaux ont beau jouer au ballon (but ultime de l’existence ?), un regard laïc ironique a beau espérer des « changements »… la barque de Pierre n’en est pas moins guidée, aujourd’hui, par un homme qui s’est d’abord défini, en acceptant sa croix, comme un « simple et humble travailleur dans la vigne du Seigneur ».





Le grand-père du monde | Mgr Munilla, après les JMJ