Vous Ítes ici: Articles  

DES PÈLERINS JMJISTES PAS COMME LES AUTRES.
 

Mgr Munilla, l’évêque de Saint Sébastien, a accompagné 10 prévenus-prévenues d'une prison basque. Ils sont venus en bus et ont assisté à la veillée des Quatre-Vents avec le Pape puis sont repartis dans leur prison. Ils ont écrit une lettre très belle, reproduite sur Religion en Libertad, que Carlota a traduite (21/9/2011)
Article original en espagnol: http://www.religionenlibertad.com/...




 
 

Dix détenus de la prison basque de Martutene, hommes et femmes, sont venus aux JMJ et ont pu voir le Pape de près alors qu’ils bénéficiaient d’un jour de liberté. Cela correspondait à une proposition de l’évêque de Saint Sébastien, José Ignacio Munilla, qui depuis sa toute jeunesse a réalisé un travail pastoral intense dans le centre et a pris l’habitude d’y célébrer le Chemin de Croix chaque Semaine Sainte depuis qu’il a pris en charge le diocèse.

Au retour de leur pèlerinage des JMJ les détenus ont écrit une lettre simple et émouvante, que du fait de son intérêt nous reproduisons dans son intégralité ici.

* * *

Le 23 septembre 2010, accompagnés par notre Évêque, nous avons accueilli au centre pénitencier de Martutene, la Croix et l’Icône des JMJ. Durant l’homélie, le Père Evêque José Ignacio a invité la Pastorale Pénitentiaire à organiser un pèlerinage aux JMJ avec les détenus qui le voulaient et pouvaient y assister. Sur le moment cela nous a paru être un rêve inaccessible et éloigné. Mais Dieu rend possible l’impossible et avec l’aide de l’Évêque et les facilités de la Direction du Centre Pénitentiaire, le 20 août est parti pour Madrid un autobus de 20 pèlerins, 10 d’entre eux étaient des prisonniers

Dans l’autobus, pleins d’attente et remplis de joie, après avoir récité les Laudes et nous être recommandés à Marie, nous avons reçus les permis pour assister à la rencontre : nous avons senti que pour quelques jours nous n’allions pas être considérés comme des détenus mais comme des pèlerins encore plus remplis de foi dans le Christ et avides de voir et d’écouter le Pape Benoît XVI.

L’après-midi et la nuit de ce même jour notre désir est devenu réalité sur l’aérodrome des Vents. Cela a été particulièrement émouvant de voir comment étaient portées, par des jeunes de différentes nations, la Croix et l’Icône qui des mois auparavant nous avaient rendu visite à la Prison de Martutene, et que nous avions touchés et baisés avec une foi véritable et que cette nuit allaient présider la veillée de prière. Exprimer tout ce que nous avons ressenti est presque impossible : presque deux millions de jeunes remplis de la foi dans le Christ, heureux, plein d’attente, fervents…
Comment nous avons accueilli le Pape, quand il est arrivé !

Malgré le mauvais temps nous ne pourrons oublier les paroles plein de tendresse du Pape : « N’ayez pas peur », « Le Seigneur nous protège », ce sacrifice n’est pas en vain »…Un silence, de respect et de prière, s’est emparé de nous tous quand l’ostensoir, avec Jésus Sainte Hostie, a été adoré et vénéré par le Saint Père. Après avec un bonheur renouvelé, beaucoup d’entre nous sommes allés à la tente de la Rencontre pour continuer à accompagner avec notre présence et notre prière, Jésus présent dans l’ostensoir. Quelques uns ont profité de la grâce de recevoir le Sacrement de la Confession. Ensuite, se reposer, pour célébrer le dimanche avec le Pape la messe d’envoi de la rencontre.

Beaucoup de nous n'ont pu dormir du fait de l’émotion qui nous avait saisis…Nous nous sentions libres ! Nous avons passé la nuit à contempler les étoiles et « en levant les yeux et le cœur vers le ciel pour prier », comme nous l’a dit plus tard le Pape, en essayant de mettre de l’ordre à tant de nouveauté et d’émotion. La chance a été de notre côté et avant de commencer la célébration nous avons pu voir le Pape à peu de mètres de la parcelle où nous nous trouvions. Pleins d’enthousiasme et fermes dans la foi nous nous sommes recueillis dans la prière avec les autres jeunes et nous avons célébré l’eucharistie. Résumer tout ce que nous a dit le Pape est impossible mais dans notre cœur résonne l’écho de quelques unes de ses paroles : « Dîtes-lui : Jésus, je sais que Tu est le Fils de Dieu, que tu as donné ta vie pour moi. Je veux te suivre avec fidélité et me laisser guider par ta parole. Tu me connais et tu m’aimes. J’ai confiance en Toi et je mets ma vie entière entre tes mains. Je veux que tu sois ma force qui me soutiendra, la joie qui jamais ne m’abandonnera ».

La nuit du dimanche nous avons dormi dans la Maison de la Spiritualité des Soeurs de la Charité de Sainte Anne à Collado Villalba (ndt une ville située à 40 km au NO de Madrid). Plus détenus et tranquilles nous avons partagé ce que nous avions vécu jusque là aux JMJ. Le lendemain nous avons célébré l’eucharistie présidé par notre Aumônier, le Père Luís Miguel Medina, dans l’une des chapelles de la Maison en rendant grâce à Dieu pour avoir tant reçu et en nous préparant à vivre l’après-midi la rencontre vocationnelle de néocatécuménat sur la Place de la Cybèle. Aux heures prévues de la rencontre cela a été impressionnant de voir des milliers de jeunes du monde entier éparpillés dans le centre de Madrid, priant dans la cathédrale de la Almudena, chantant et dansant par les rues au son des chants bibliques, propageant une joie évangélique. Déjà l’après-midi à côté de plus de 200 000 jeunes, des Cardinaux et des Évêques du monde entier nous participons à cette rencontre vocationnelle. Aussitôt nous nous imprégnons de leur foi, leur ferveur leur joie et leur décision de remettre le meilleur de nos vies à Jesús et à l’Église. Combien de familles chrétiennes ! Combien de jeunes engagés! Nous n’avions même pas l’idée que cela pouvait être ainsi, nous répétions nous les uns les autres.

Toute bonne chose a une fin. Nous savions que nous devions retourner à Martutene mais déjà nous n’étions plus les mêmes, quelque chose avait changé dans nos vies pour toujours : la foi dans le Christ. Mais les paroles de notre Évêque lors de la rencontre ; « la force est du Seigneur. Soyons ses instruments à Lui qui peut tout », nous ont aidés à ne pas perdre notre courage en revenant au centre, et afin de transmettre au sein de la prison ce que nous avons vécu à Madrid pendant ces jours.

Merci à vous tous qui avez rendu possible que devienne réalité ce rêve de vivre les JMJ et à tous qui nous avez accompagnés de près ou de loin, à travers votre prière, pour que tout se soit bien déroulé.. « Dieu sort des biens de tout » (Benoît XVI), c’est ainsi que nous l’avons ressenti et vécu.

Saint Sébastien le 23 août 2011
Groupe de détenus de la Prison de Martutene (*)
JMJ-Madrid 2011




Notes de traduction

La prison de Martutene (détention d’hommes et femmes) est le seul centre pénitentiaire de la Province de Guipúzcoa qui correspond au diocèse de Saint Sébastien dont Monseigneur Munilla est l’évêque (Le Pays Basque espagnol, - environ deux millions d’habitants, comprend trois diocèses). Martutene reçoit actuellement majoritairement des droits communs. Mais depuis quelques temps le gouvernement Zapatero a permis que, pour cause de rapprochement familial, que soient aussi accueillis des prisonniers de l’ETA ayant montré une certaine volonté de détachement par rapport au groupe terroriste.




 



Une Eglise gonflable en Sibérie | En avion vers Berlin