La´cité: un professeur de philosophie courageux

D'habitude, le courage des philosophes consiste à prendre, très tardivement, la défense de gens qui se sont mis eux-mêmes dans des situations impossibles, en général en critiquant sur la ligne de la caricature et de la provocation gratuite les positions de l'islam sur tel et tel sujet de société au nom de la soi-disant liberté d'expression (je parle de l'islam, car sur tous les autres sujets, personne ne pense sérieusement qu'on pourrait courir le moindre danger...)
Nous avons beaucoup d'exemples récents, encore cette semaine, chacun peut faire appel à sa mémoire ou consulter les pages d'actualité de Google.
Pour une fois, je lis sur un blog que je découvre (lyon capitale.fr) quelque chose de différent; l'auteur, Arthur Craplet, professeur de philosophie dans l'enseignement public, ainsi qu'il se qualifie lui-même , répond à une tribune signée d'un certain Péna Ruiz, qui a été publié, sous le titre "Laïcité : les cinq fautes du président de la République" dans... le Figaro!!
Au-delà de son contenu, qui n'a finalement guère d'intérêt puisqu'elle ne fait que reprende ce qui a déjà été écrit et martelé par la gauche depuis presque 2 mois, et que je ne reproduis que pour information, ce qui est le plus choquant, c'est ce relai, par un journal que beaucoup de ses lecteurs croient en toute bonne foi défendre des valeurs traditionnelles c'est-à-dire de droite, et en particulier, la religion catholique! L'auteur, Henri Pena-Ruiz, a un pedigree... impressionnant, sur le sujet, philosophe, professeur, écrivain, ancien membre de la commission Stasi sur l'application du principe de laïcité dans la République!..

>> Laïcité: les 5 fautes du président.

Quant à Arthur Craplet, la première phrase de son article, déjà, résume tout ce que l'on peut peut penser... non du discours lui-même, mais des réactions qu'il a suscitées: "Les articles de presse qui l'accablent témoignent surtout d'une nouvelle charge anti-religieuse qui profite de la faiblesse de ce discours du Président"...

Si je dis qu'il est courageux, c'est parce que dans le contexte culturel actuel, oser aborder, dans un établissement d'enseignement public, le thème de la religion (et on sait de QUELLE religion il s'agit!) sous un angle qui ne soit pas celui du ricanement, relève de l'exploit, et mérite l'admiration!

Je vois donc moins dans ce texte une défense de Nicolas Sarkozy (qui n'a de toutes façons pas toujours tort dans ce qu'il dit, à défaut d'avoir raison dans ce qu'il fait), dont je ne me sens réellement en rien solidaire, qu'une vigoureuse réaction contre un sentiment anti-religieux plus ou moins diffus, dont on sait bien qu'il ne vise QUE les catholiques!
"Car en France depuis de longues années des intellectuels, des professeurs, des hommes politiques disqualifient le discours religieux et font peser sur les consciences une censure telle que plus personne n'ose parler de religion, encore moins se déclarer croyant, encore moins défendre la valeur des vertus religieuses, disqualifiées d'avance. "

>>> Lire ici: Laïcité : le discours de Sarkozy est-il choquant ?



Version imprimable