Vous Ítes ici: Articles  

DÉCALOGUE À L'USAGE DU VATICANISTE STAGIAIRE
 

C'est dans le "Catholic Herald". J''ai compté en réalité au moins onze "commandements", et tous sont pertinents à la situation en France. (28/9/2011)




 



 

Malgré le ton de la satire, ce n'est nullement caricatural, et c'est même tristement réaliste: il suffit de lire la presse française au lendemain du voyage du saint-Père en Allemagne pour s'en convaincre

Milo Yiannopoulos (déjà cité ici) imagine le cas d'un étudiant fraîchement émoulu d'une prestigieuse université (en l'occurrence l'University of Salford), qui, son diplôme en poche, se retrouve comme stagiaire au service "informations" de la BBC (il est tellement facile de transposer en France!).

Article en anglais: http://www.catholicherald.co.uk/..
Ma traduction.




 

Couvrir l'actualité du Pape: mémo à l'usage d'un stagiaire
Lundi, 26 Septembre 2011
----------------------
Ça y est! Vous avez réussi!
Vous avez atteint les sommets vertigineux de la rédaction de la chaîne de télévision d'Etat. Vous êtes prêt à conquérir le monde.

Mais, catastrophe! votre chef vous confie votre premier article, et c'est un rapport sur l'Eglise catholique. Le Pape Benewhatsit (ndt: intraduisible pour moi! je suppose que c'est un jeu de mot, où je reconnais Ben (oit)+ new+ what's it, sans doute le directeur) est prêt à vous donner un espace pour parler sur Dieu et autres.

Vous êtes désireux d'impressionner, mais totalement au fond du désespoir. Que faire? A qui vous adresser?

Eh bien, ici, au Catholic Herald, nous comprenons combien le monde du catholicisme doit apparaître étrange et mystérieux aux journalistes d'information. C'est pourquoi nous avons cherché, dans les archives des grandes chaînes et des plus prestigieux journaux, à vous apporter les leçons apprises par vos collègues aînés.

Nous espérons qu'en partageant ces indications des meilleures pratiques, nous pourrons aider les journalistes à respecter cette tradition de rapporter de façon juste et équilibrée les questions liées au catholicisme, pour laquelle la presse britannique est justement célèbre (!!!). Voici donc nos meilleurs conseils pour réussir.

1. Pour tout événement où le Pape apparaît, toujours gonfler le nombre de manifestants . Aux JMJ à Madrid cette année, le nombre de manifestants a représenté moins de 0,04 % de la population qui s'est avérée soutenir le Pape (5.000 personnes contre 1,5 millions de personnes). Mais cela n'a pas empêché ces esprits entreprenants de la BBC de se concentrer presque exclusivement sur les mécontents, ignorant l'amplitude et la réussite d'une célébration joyeuse de jeunes catholiques.
De même, dans un autre reportage de la BBC au sujet du voyage du Pape en Allemagne la semaine dernière, quelques centaines de manifestants ont été transformés en "plusieurs milliers". Des mots comme "plusieurs" sont utiles, car on peut plus facilement en tirer quelque chose que de vrais chiffres.
En cas de doute, soyez vagues, et n'hésitez pas à broder sur le but des protestations - surtout s'il semble n'y en avoir aucun. Ces gentils chrétiens folkloriques "se contententent de tendre l'autre joue" de toute façon, pas comme les manifestants, qui, s'ils ne reçoivent pas l'éloge et la couverture dûs, bombarderont votre standard de plaintes et inonderont la blogosphère d'une indignation fabriquée contre votre manque de rigueur .

2. Toute rumeur d'une sortie potentielle de la part de politiciens ou d'autres leaders religieux en réponse à une apparition du pape doit être rapportée comme un fait - en d'autres termes, comme si cela était déjà arrivé. Ne corrigez pas votre histoire, s'il s'avère finalement que seule une infime proportion des franges les plus cinglées du gouvernement a échoué à se manifester. Ce serait simplement couper les cheveux en quatre.

3. Déployez la trinité "diviser, diviseur et division" . Ces mots doivent être sur le bout de votre langue à tout moment. Rappelez-vous, les opinions du Pape sont dangereuses et alarmantes: ne le laissez pas exprimer une opinion sans innonder votre texte d'invectives. Il est également utile de faire une mixture entre les différentes sortes de christianisme: de toute façon, les lecteurs ne savent pas la différence entre l'archevêque Rowan Williams (ndt: anglican) et l'archevêque Vincent Nichols (catholique), et cela contribue à véhiculer le sentiment que l'Église est fracturée et endommagée.

4. En fait, il y a beaucoup d'adjectifs que vous pouvez utiliser de manière suggestive. Allez-y à la truelle! Votre professeur de journalisme vous a peut-être dit d'y aller doucement, avec les mots descriptifs, mais il ne parlait pas des affaires religieuses. Ce n'est pas grave si votre prose violette rend le titre disgracieux, ou même si vous ne pouvez pas étayer les accusations. Servez vous des titres de Reuters comme de votre fil à plomb.

5. Tournez en dérision et sapez les positions de l'Eglise sur les questions morales en vous référant à la «politique» de l'Eglise, impliquant - à tort - que, comme, disons, un Gouvernement, cette «politique» pourrait changer à tout moment, si seulement ces types en robes se souciaient vraiment des gens ordinaires.

6. Ne manquez pas d'attirer l'attention sur la façon dont l'enseignement catholique est en conflit avec les modes morales du jour, que ce soit sur le changement climatique, la contraception, ou l'immigration. Si vous le pouvez, essayez d'adapter le langage de l'Eglise et les discours de ses évêques et de les subordonner à votre propre lexique politiquement correct d'égalité, équité et «justice sociale». (Si vous êtes assez chanceux pour couvrir l'Angleterre et le Pays de Galles, vous verrez que la plus grande partie du travail est faite pour vous par les membres de la Conférence épiscopale. Sinon, vous pourriez avoir à faire une partie du travail vous-même.)

7. Ne vous contentez pas de saisir les tensions perçues, mais fomentez activement le mécontentement en "googlant" autant d'histoires négatives sur l'Eglise que vous pouvez en trouver et en en résumant les griefs. ...

8. Si vous n'avez pas le temps de réfléchir au sens de l'un des discours les plus profonds du pape , dites simplement qu'il "flirtait avec un discours académique". Personne ne vous accusera de n'avoir pas pris la peine de faire attention parce qu'il y avait un meilleur titre ailleurs. Mieux, vous pourrez donner l'impression que le pape est un orateur ennuyeux. La balle au fond du filet!

9. Choisir des citations peut être difficile. La règle d'or est : jamais, jamais de citation de partisans; uniquement d'opposants. Trouvez les féministes les plus enragées que vous pourrez trouver et lancez-les sur l'hégémonie patriarcale et le sacerdoce exclusivement masculin. Si vous ne publiez que des citations négatives, on aura l'impression que tous les gens bien-pensants s'opposent à la présence du Pape.
Vous avez du mal à rassembler suffisamment de fausse colère? Essayez cette nouvelle tactique, lancée par The Guardian: suggérez que les catholiques et les non-catholiques, unanimes, en ont assez de tout cela. ...

10. Lorsque c'est possible, utilisez des photos du pape de dos. Elles sont géniales parce qu'elles impliquent qu'il est isolé et impopulaire. Ne soyez pas dupes des rapports de témoins oculaires qui le décrivent comme énergique et entouré par des milliers de sympathisants.

11. Enfin - et c'est important - faites un usage sans modération d'Adolf Hitler . Hitler est un élément de base du régime de tout correspondant moderne des affaires religieuses. Aucun reportage sur Benoît XVI ou sur l'Église catholique n'est complet sans une référence aux Nazis, en particulier le fait qu'il était membre des Jeunesses hitlériennes.
Ne prenez pas la peine de lire ses déclarations sur le sujet ou poser des questions à quelqu'un de familier avec l'histoire de cette période. Vous pourriez découvrir que Joseph Ratzinger était un jeune homme peu enclin à l'équivalent du service militaire, à un moment où presque aucun jeune ne pouvait échapper une sorte d'organisation de jeunesse d'Etat, et alors, où en seriez-vous? Non, n'oubliez pas de mentionner qu'il en était membre. Et vous aurez un bonus si vous parlez d'Hitler ou des nazis à deux reprises dans un seul paragraphe .




Abandonnons toute tactique... | L'autre Pape des medias allemands