Sarkozy chez le pape: encore trois mots

... et on n'en parle plus, car cela n'en vaut sans doute pas la peine.

1. La "suite" du président.

Je persiste à trouver déplacé ce qui tenait plus de la revue de cirque que du cortège officiel: n'a-t'il vraiment trouvé que cela?
Je persiste à trouver scandaleuse la présence de Bigeard, dont "l'humour" salace banalise et fait la promotion de l'obscénité la plus crue (et je déplore que des gens de bonne foi, au nom de la "tolérance", n'y trouvent rien à redire, allant même rechercher des références dans l'Evangile pour justifier leur laxisme).
Tout autant qu'était déplacé le mélange des genres qui a été cultivé tout au long de cette journée. Et pour une fois, je dirais que la faute ne peut être imputée uniquement aux medias. Qui obligeait Nicolas Sarkozy à tenter de court-circuiter les services du protocole du Vatican en imposant dans cette suite la mère de sa dernière "conquête?
Pourquoi pas sa mère à lui, qui était bien du voyage en Chine, après tout?

Du blog d'Andrea Tornielli.
Attention, Tornielli n'est pas un colporteur de ragots, c'est un journaliste catholique, vaticaniste (oui!) respecté, et auteur d'un ouvrage récent pour défendre la mémoire de Pie XII. 


2. Le Père Gilbert

Il est certain qu'il a été choisi pour son côté "décalé" (ou pire): ce qu'ils appellent son "franc-parler".
En fait, la principale information le concernant, c'est qu'il avait abandonné son blouson de cuir pour un clergyman!!
C'est sans doute un brave homme, peut-être même un saint prêtre, et je l'aime bien... presque toujours, mais n'aurait-il pas joué à son insu le rôle d'"idiot utile"?
Interrogé sur RTL le lendemain, on peut regretter qu'il ait eu davantage de paroles élogieuses pour le président (qu'il tutoie, et appelle Nicolas) que pour le Pape. Tout ce qu'il a trouvé à dire, sur ce dernier, c'est "Il vaut mieux voir le pape que Kadhafi!". Sans commentaire!
Je ne doute pas qu'il rectifiera plus tard sur son site, mais il aurait pu profiter de la tribune inespérée que lui offrait une radio génénéraliste à une heure de grande audience pour dire autre chose.

3. Le discours du Latran

Celui qui l'a écrit a fait un bon travail, et dans la bouche de n'importe qui d'autre, je l'aurais même trouvé excellent. Mais de là à en faire un discours de rupture!!! Il n'engage que ceux qui ont envie d'y croire.
Il suffit de comparer avec le discours prononcé deux semaines plus tôt à l'université de Constantine [140 KB] pour se convaincre que le discours du Latran n'est que le fruit de la circonstance, et ne reflète nulle conviction. Pire, il pointe du doigt un grand écart impossible à assumer.
Et avec Sarkozy, on est en plein relativisme: toutes les religions se valent -soit l'exact opposé de discours du saint-Père sur la question- toutes les civilisations aussi, sans doute, et la France doit autant à l'islam qu'à la chrétienté.
-------------------------------

... et celui de Constantine

J'ai souhaité parler dans ce lieu où l'identité et la civilisation musulmanes parlent à tous les hommes.
Et j'ai souhaité parler à la jeunesse algérienne parce que la jeunesse d'Algérie tient dans ses mains une partie du destin d'une grande civilisation qui a tant apporté à l'Humanité de sagesse, d'art, de culture et de science, et dans laquelle tant d'hommes dans le monde espèrent encore.
Jeunes d'Algérie, je suis venu vous dire que vous pouvez être fiers de votre pays parce que l'Algérie est un grand pays.
Jeunes d'Algérie, je suis venu vous dire que vous pouvez être fiers d'être des jeunes musulmans parce que la civilisation musulmane est une grande civilisation.
Jeunes d'Algérie, je suis venu vous dire que le peuple français vous aime et que le peuple français vous respecte.

------------------------------------
On ne combat pas le fanatisme, on ne combat pas l'intégrisme en combattant la religion. On combat l'intégrisme et le fanatisme en favorisant une idée ouverte et tolérante de la religion.
Je ne crois pas que les grandes religions soient une menace pour la paix. Je ne crois pas que les grandes religions constituent un obstacle au progrès, je ne crois pas que les grandes religions soient un facteur d'obscurantisme. Je crois tout le contraire.
Je crois que le sentiment religieux est un sentiment très noble. Et quand je regarde vos mosquées et quand je regarde nos cathédrales, je vois ce que la foi peut accomplir de grand et de plus beau. Et je me dis que ce que nous pouvons accomplir ensemble, Musulmans, Chrétiens, Juifs, doit pouvoir être plus beau et plus grand encore.
-------------------------------
En m'adressant à la jeunesse algérienne, je veux parler à ces centaines de millions de musulmans dans le monde qui se reconnaissent comme les héritiers d'un Islam qui a toujours su faire dialoguer la foi et la raison.
Je veux parler d'ici, à Constantine, à ces centaines de millions de musulmans dans le monde qui ne sont pas seulement les enfants d'Ibn Arabî, mais aussi les enfants de Platon, d'Aristote et de Saint Augustin, et qui ne se reconnaissent pas dans le fanatisme et dans l'intégrisme. ...
Au nom de la France laïque et républicaine, je veux dire à des centaines de millions de musulmans dans le monde que leur foi, que les valeurs de la civilisation dont ils sont les dépositaires peuvent être une chance pour le monde.
Je veux leur dire qu'ils doivent se battre pour l'idée qu'ils se font de leur foi et pour leurs valeurs.
Je veux leur dire que la France les aime, que la France les respecte et que dans ce combat elle sera à leur côté parce que ce combat d'un Islam ouvert, d'un Islam des Lumières, est un combat pour tous les hommes, un combat pour toute l'humanité.
-------------------------
Nous devons réapprendre à vivre avec un mot que je veux vous proposer en partage, nous devons apprendre à vivre notre diversité au nom de ce que nous avons en commun. Le mot diversité ne me fait pas peur. Il est beau. La Méditerranée ne se place à l'avant-garde de la civilisation mondiale que lorsqu'elle sait brasser les hommes et les idées.
La civilisation méditerranéenne n'a jamais été grande que par l'échange, que par le mélange et j'ose le mot, elle n'a jamais été si grande, la civilisation méditerranéenne, que par le métissage. La civilisation méditerranéenne ne résistera pas autrement demain à l'aplatissement programmé du monde. La civilisation méditerranéenne ne conjurera pas autrement le risque d'un choc des civilisations et d'une nouvelle guerre des religions. Elle n'empêchera pas autrement la grande catastrophe écologique qui nous menace.
La diversité, j'ai voulu qu'elle soit reconnue en France en organisant l'Islam de France. Je salue la présence de Dalil Boubakeur. Mais la diversité, nous devons la reconnaître partout comme une valeur de civilisation, comme un principe politique fondamental aussi important que la démocratie.
-------------------------


Conclusion

Je conclus en recopiant ce passage d'un article du site Polemia, consacré à "Sarko, l'américain".
J'en ai changé juste un mot...


Le mystère de Sarko 'le partisan d'une laïcité tolérante' n’est pas dans la substance de son engagement, puisque de substance il n’y a point et que l’engagement est à mesure ; à cet égard, l’excès de bavardage ne crée pas la substance, il en révèle l’absence. Le mystère est dans ce que cet engagement sans substance puisse en soi être un problème, un objet de débat, une cause d’inquiétude, un argument d’accusation de trahison, bref, une question de substance.

<<< Sarkozy chez le Pape

La "la´cité positive" fait quelques vagues
"Presse catholique en crise"