Providence

J'aime particulièrement cette réflexion du cardinal Ratzinger, dans "Le sel de la terre", page 42.
Elle me vient très souvent à l'esprit dans ma vie de tous les jours.

Je suis très fermement persuadé que Dieu nous voit réellement et qu'Il nous laisse notre liberté - et pourtant Il nous conduit aussi. J'observe souvent que des choses qui vous paraissaient tout d'abord contrariantes, dangereuses, désagréables deviennent positives à un moment donné. On s'aperçoit soudain que c'était bien ainsi, que c'était un bon chemin. Pour moi, d'un point de vue pratique, cela signifie que ma vie ne se compose pas de hasards, mais que quelqu'un prévoit et me précède et pense à moi d'avance et arrange ma vie. Je peux me refuser à cela, mais je peux aussi l'accepter et je remarque alors que je suis vraiment conduit par une lumière « prévoyante ».
Cela ne veut pas dire que l'homme soit complètement déterminé, mais que cette direction est justement un appel à sa liberté. C'est comme dans la parabole des talents. On en distribue cinq à l'un, deux à l'autre, etc. ; chacun de ceux qui les reçoivent a une tâche définie, mais il peut en disposer à son gré. En tout cas, chacun a sa mission, un don particulier, personne n'est superflu, personne n'est là en vain, chacun doit essayer de reconnaître quelle est sa vocation, et comment le mieux répondre à l'appel qui s'adresse à lui.



La´cité
Un style simple