Actualités De l'étranger Images Miscellanées Courrier Favoris Index Archives Plan
Accueil Actualités

Actualités


Elections américaines John Allen L'agenda du Saint-Père Lettre au sénateur Pera Pie XII Voyage en Terre Sainte Dernières entrées

Le Pape et l'immigration clandestine (2)

Réactions italiennes (1er/9/2008)


Ce n'est pas facile, pour le Pape, de parler de l'immigration, il l'a fait, comme il le dit, en tant que père commun.
Et il se trouve malgré lui impliqué dans le jeux des catégories prédéfinies gauche/droite.
Les réactions au billet publié par Andrea Tornielli sur son blog (où il se contentait de reproduire les paroles de l'Angelus) en rendent assez bien compte.
La gauche est fidèle à la surenchère dans le "bonisme" qui est sa marque.
Et la droite (avec une liberté de ton qui serait peut-être impensable en France sur un blog de journaliste connu) reproche au Pape un discours qui ne sort pas du schéma marxiste - pays pauvres contre pays riches, ceux-ci responsables de la pauvreté de ceux-là, etc..

Ce n'est pas ce qu'Andrea Tornielli a compris et, en toute modestie, il partage l'impression que j'avais eue hier, en écoutant le direct sur RAI: Le Pape et l'immigration clandestine
Il rectifie donc en ces termes:
Benoît XVI, pour la première fois, pose avec force la question de la nécessité de gouverner les flux migratoires, insiste sur la légalité, demande d'associer les pays de provenance pour chercher à contenir les migrations clandestines...

Quoiqu'il en soit, on voit une fois de plus les propos du Pape tordus, détournés de leur sens, récupérés par certains, de façon à leur faire dire autre chose que ce qu'il voulait effectivement dire. En témoigne cette capture d'écran sur la page actualités de Yahoo.italie. Du discours, il reste cela: que l'Europe accueille les immigrés.
Or, ce n'est pas vraiment ce qu'il a dit, même si l'injonction d'accueil n'était pas absente.
On m'objectera que moi-même, hier, en traduisant le texte, j'avais mis en gras un passage, ce qui était une façon d'attirer l'attention sur ce que moi je voulais retenir. Je persiste à penser que c'était le passage important, car celui qui tranchait avec le discours dominant. Conforme, aussi, avec la pensée du Pape, qui par exemple dans les relations avec certaines religions réclame la réciprocité. Il s'agit là aussi de réciprocité, cette fois dans les rapports entre les hommes.

Version imprimable

Benot XVI: qui est-il vraiment? Ingrid Betancourt chez le Saint-Père