Actualités De l'étranger Images Miscellanées Courrier Favoris Index Archives Plan
Accueil Actualités

Actualités


Elections américaines John Allen L'agenda du Saint-Père Lettre au sénateur Pera Pie XII Voyage en Terre Sainte Dernières entrées

Relations avec les juifs: réciprocité (II)

Mise à jour: les informations de Marco Politi, et le compte-rendu du NYT. (31/10/2008)

Lire ici:
Relations avec les juifs: réciprocité

Ma traduction

Marco Politi

Le vaticaniste bien informé de La Stampa, Marco Politi, nous en dit davantage.
Où l'on voit que c'est un peu plus compliqué que ce qu'ont dit les medias d'ici.
---------------

Pour l'ouverture des archives secrètes du Vatican, relatives à la période du pontificat de Pie XII, six ou sept années au moins de catalogage et de travaux préparatoires sont nécessaires. Avant ce délai, il est irréaliste de parler d'une "ouverture" aux chercheurs.
C'est ce qu'a dit le Père Lombardi, directeur de la salle de presse du Vatican.
"Il ne faut pas oublier que le travail de catalogage est long et minutieux, et le personnel dont nous disposons est limité. C'est pourquoi, même si la requête d'ouverture est compréhensible, et en soi justifiée du point de vue de la méthodologie de la recherche historique, il faut du temps".
"Naturellement, une fois que le travail de mise en ordre sera complet, étant donné que l'archive secrète est l'Archive du Pape, la décision finale sur l'ouverture reviendra au saint-Père lui-même".

Les organisations juives internationales ont réitéré aujourd'hui au pape, durant une audience au Vatican, leur requête d'ouverture des archives secrètes du saint-Siège durant la seconde guerre mondiale.
C'est le rabbin David Rosen, président du Comité juif international pour les Consultations inter-religieuses (ICJIJ) qui, dans son discours de salut au pape, s'est fait le porte-parole de la requête: il a précisé qu'il l'avait demandé au pape "afin que l'on puisse formuler sur cette période un jugement historique crédible".
Il a également évoqué sa rencontre avec le Préfet des archives secrètes vaticanes, Mgr Pagano.
"Il nous a expliqué avec beaucoup de détails qu'il y avait beaucoup de travail, et que c'est seulement une question technique. Même si le Pape décide, il ne peut pas le faire avant que ce travail technique ne soit accompli".

Interrogé sur l'hypothèse d'un voyage papal en Terre Sainte, le rabbin a affirmé ne pas considérer comme des obstacles les oppositions sur Pie XII, ni l'échec de la signature d'un accord financier entre Israël et le Saint-Siège.
Selon Rosen, le problème, au contraire, serait le Hamas. "L'autorité palestinienne n'est pas constituée uniquement par "l'Autorité Nationale Palestinienne", mais aussi par le Hamas, et le Pape ne pourrait faire autrement que de les rencontrer.
C'est le cardinal Kasper en personne qui, aux dires de Rosen, a répété que la béatification de Pie XII n'était pas un obstacle.
"L'accord économique financier entre Israël et le saint-Siège revient bien au ministre des finances, et à celui de la justice, mais le premier ministre peut leur dire d'y souscrire".

Revenant à la rencontre avec le Pape, le rabbin Rosen a dit avoir soulevé le problème du motu proprio sur la messe en latin, et sur la prière du Vendredi saint pour les juifs.
"Nous sommes rassurés, a-t'il expliqué, que la prière du Vendredi Saint ne soit pas pour la conversion des juifs, qu'il n'y ait aucune intention de prosélytisme".

Le troisième élément que le Président de l'ICJIJ a tenu à souligner dans l'audience avec Benoît XVI est celui de la solidarité pour les chrétiens persécutés en Irak et en Inde".
"Quand nous avons ces rencontres bilatérales, a expliqué le rabbin, on ne parle que des difficultés, mais nos relations sont aussi faites de proximité et de solidarité, et c'est pourquoi nous avons voulu manifester notre appui en ces moments difficiles pour les chrétiens dans ces pays" (ndt: tant mieux, et nous nous en réjouissons; mais il est difficile de croire qu'ils ont fait le voyage au Vatican, et demandé une audience il y a déjà plusieurs semaines, uniquement pour manifester leur soutien aux chrétiens persécutés).

Le New York Times

Group Says Pope Will Weigh Delay of Pius’s Beatification
RACHEL DONADIO
http://www.nytimes.com/2008/10/31/world/europe/31pius.html
October 30, 2008
-------------
Le Pape Benoît XVI a dit jeudi à des dirigeants juifs, qu'il "envisageait sérieusement de différer la béatification de Pie XII, jusqu'à ce que ls archives de son pontificat soient ouvertes", selon des participants à la rencontre.

Mais le porte-parole du pape, le Père Lombardi, a dit que la réponse de Benoît ne constituait pas "un engagement public" selon l'Associated Press.
"Vous ne devriez pas interpréter cette réponse au-delà de ce qu'elle est", a dit le Père Lombardi. "C'est une réponse courtoise, sérieuse. Il prend toujours au sérieux ce qu'on lui dit".

La rencontre faisait suite à des semaines de controverse à propos des efforts pour béatifier Pie XII, qui fut pape de 1939 à 1958. Les dirigeants juifs disent qu'il n'a pas fait assez pour arrêter la déportation des juifs durant l'holocauste, et ont demandé au Vatican d'ouvrir aux chercheurs les archives secrètes du Pontificat de Pie XII.
Bien qu'une commission du Vatican ait publié l'année dernière un décret reconnaissant les vertus héroïques de Pie XII, un pas important vers la sainteté, Benoît ne l'a pas encore approuvé. Le Vatican a dit que le Pape avait besoin de temps pour réfléchir. Benoît a dit que Pie XII avait travaillé "secrètement et silencieusement" pour sauver les juifs.

Le rabbin David Rose, le président de l'organisation qui participait à la rencontre, un "umbrella group" appelé International Jewish Committee for Interreligious Consultations, a dit aux journalistes que, sollicité par un membre américain de la délégation, Seymour Reich, de différer la béatification jusqu'à ce que les archives aient été examinées, le Pape avait dit qu'il "y réfléchissait sérieusement".
Il n'a pas précisé ce qu'il entendait par là, a dit le rabbin Rosen, plus tard, lors d'une conversation téléphonique.
D'autres participants à la rencontre ont confirmé le rapport de Rosen.

...
Beaucoup considèrent que le délai mis par Benoît à signer le décret comme un signe de considérations diplomatiques internes et externes.

Conclusion provisoire

Si l'on admet - et on l'entend suffisamment dire! - que le temps, au Vatican, n'a pas la même mesure qu'ailleurs, on peut comprendre - et je finis par en être moi-même persuadée - que le saint-Père ne fera rien pour hâter les choses. Autrement dit, qu'il ne signera sans doute pas le fameux décret, au moins dans l'immédiat, qu'il ne prendra pas le risque d'allumer les braises et de donner le coup d'envoi à une campagne de calomnies qui pourrait être féroce, si l'on en juge par ce qui se passe avant !
Là où il est, Pie XII peut certainement attendre sept ans, et même bien davantage, et c'est raisonner avec un très petit esprit que de croire que le délai a de l'importance!



Sur le thème des relations tendues entre Israël et le Saint-Siège, voir aussi:
http://benoit-et-moi.fr/2007/...01.html
http://benoit-et-moi.fr/2007/..801.html

Version imprimable

Joseph Ratzinger et la liturgie Lacité, immigration