Actualités De l'étranger Images Miscellanées Courrier Favoris Index Archives Plan
Accueil De l'étranger

De l'étranger


Elections américaines John Allen L'agenda du Saint-Père Lettre au sénateur Pera Pie XII Voyage en Terre Sainte Dernières entrées

Le potager de Benot XVI

... dans les jardins du Vatican. Un article de Paolo Rodari, repris d'une interview de l'Osservatore Romano (24/10/2008)

Paolo Rodari développe un article paru récemment dans l'Osservatore Romano.
Il nous parle des jardins du Vatican, ou plus exactement des papes dans ces jardins.
On y apprend que Benoît XVI a fait installer un potager. Cela n'a rien pour étonner, le petit garçon de la campagne qu'il était garde un souvenir ému du jardin que sa mère a toujours cultivé (il parle dans son livre de souvenirs du potager devant la maison de Traunstein, évoquant en particulier le délicieux repas qu'elle lui avait préparé avec les légumes de ce jardin, à son retour de captivité).


De très belles images des jardins ont été offerts à notre curiosité lors de la visite de George Bush, en juin dernier: ici , encore ici, et surtout le reportage de Fotografia Felici, .
Voir ci-contre.

Article original en italien sur le blog de Paolo Rodari: http://www.paolorodari.com/...
Ma traduction:

Les jardin vaticans : le bon Pape y jouait. Ratzinger s'y est fait un potager
Paolo Rodari, Le Réformiste.
23 octobre
--------------------
Voulez-vous connaître les secrets des Papes ?
Faites un tour dans les jardin vaticans et vous en découvrirez beaucoup. Ceux des Pontifes du passé et ceux des Papes des dernières décennies. Jusqu'à Benoîtt XVI, plus uniquement le Pape « théologien ». Plus seulement le professeur Ratzinger. Mais aussi le Pape « botaniste » et « écologiste » (ndt: écologiste dans ce sens là, je suis d'accord!).
C'est un fait. Ce sont les jardins du Vatican qui le disent. Et en particulier, c'est un petit carré de terre situé à côté du monastère Mater Ecclesiae qui le révèle: ici il y a le jardin de Ratzinger.
On y cultive des légumes et on y récolte des fruits. Tous de production 100% naturelle et destinés à la table papale: on n'y tolère aucun légume traité chimiquement, mais seulement ceux qui ont poussé avec des engrais organiques.
Mieux encore: l'eau utilisée pour l'arrosage, comme toute l'eau employée pour abreuver les 300 espèces végétales et les 6.500 specimen de plantes du jardin, provient directement du lac de Bracciano. En fait, de l'eau pure de l'ancien aqueduc de Trajan, restauré par la suite par Paul VI. De l'eau distribuée grâce à une installation électrique qui fonctionne la nuit, de minuit à six heures du matin : ça coûte moins cher.

Donc, Ratzinger a un potager. La nouvelle a été confirmée hier par le jardinier en chef du Vatican, Elio Cortellessa, dans une interview parue dans l'Osservatore Romano.
Des propos qui dévoilent des styles de vie et des « manies » des Papes entièrement (ou presque) méconnus.
Déjà, parce que s'il est vrai que, comme le disait Bacon, « le jardin représente le plus pur des plaisirs humains », il est aussi vrai que, pour savoir comment les Pontifes ont interprété ce plaisir, il faut fréquenter les jardin vaticans.
Pour ceux qui, comme Cortellessa, sont des habitué des "sacri giardini", ce n'est pas un mystère que Pie XII aimait quitter chaque jour le palais apostolique pour descendre dans le poumon vert du Vatican. Sous le soleil ou sous la pluie, il se promenait exactement une heure, toujours le long du même mur. Là où aujourd'hui encore vivent paisiblement les deux plantes les plus anciennes du Vatican : deux oliviers de presque mille ans.
Si Pie XII était "maniaque" pour la promenade dans le jardin (il ne changeait jamais de parcours), Paul VI se comportait différemment. Il ne descendait jamais dans le jardin.
Pie XI, par contre, se déplaçait exclusivement en voiture, au point que ce fut lui qui fit asphalter les allées du jardin.
Avant il y eut Léon XIII. Lui transforma le jardin en zoo: daims, gazzelles et chevrettes venus d'Afrique.
Plus récemment, il y eut Jean-Paul II. Jusqu'à l'attentat de 1981, il parcourait, dit-on, le jardin à pied, et d'un pas alerte.
Mais, tous comptes faits, la palme de l'extravagance revient à Jean XXIII.
On ne sait pas si la passion pour les boules lui était venue de Sotto le Monte, le village de la province de Bergame où il était né. Le fait est que le « Papa buono » jouait aux boules dans les jardin du Vatican. Dans la zone dite de la Galea, là où aujourd'hui il y a des parkings et d'autres structures, il y avait un terrain de boules, entourés de superbes pamplemoussiers. Mais on ignore s'il jouait tout seul ou avec son fidèle secrétaire Loris Francesco Capovilla.
Etpour finir, Benoît XVI.
Sans parler du potager, Ratzinger s'accorde de longues promenades dans le jardin. Ce n'est qu'en été, lorsque la chaleur est trop forte, qu'il se promène le soir sur la terrasse du palais apostolique.
Aujourd'hui, le zoo de Léon XIII n'existe plus mais dans les jardins, il arrive aussi à Benoît XVI de tomber sur différentes espèces d'animaux. A présent, ils sont fréquentés par des oiseaux communs et plus rares, surtout des pics et des huppes. Et puis des perroquets, les "parrocchetti monaco". Des grenouilles, des crapauds et des couleuvres. Parfois il arrive de voir quelque écureuil, ou quelque renard. Et encore des hérissons. Jusqu'aux animaux dans absolu des plus répandus au-delà du Tibre: les chats.

Version imprimable

Elections américaines: un autre son de cloche Politically homeless