Actualités De l'étranger Images Miscellanées Courrier Favoris Index Archives Plan
Accueil De l'étranger

De l'étranger


Elections américaines John Allen L'agenda du Saint-Père Lettre au sénateur Pera Pie XII Voyage en Terre Sainte Dernières entrées

L'ONU et l'UE contre le Vatican

Une manipulation médiatique contre le Saint-Siège à propos des droits des gays... et des handicapés! L'anlyse de Giuliano Ferrara dans Panorama (9/12/2008)

Rappel: (d'après AFP, sur le site http://www.romandie.com/.. )
-------------
Alors que l'Onu célébrait mercredi la journée mondiale des handicapés, l'ensemble de la presse italienne rappelait que le Vatican n'avait pas signé en 2006 la convention internationale sur les droits des handicapés au motif qu'elle n'exclut pas formellement l'avortement.
Les médias établissaient un rapprochement avec les réticences du Vatican concernant l'intention française de proposer l'adoption par l'Onu d'une déclaration sur la dépénalisation universelle de l'homosexualité.
...
La France a confirmé mardi sa volonté de proposer à l'Onu une déclaration sur la dépénalisation universelle de l'homosexualité.
Le Vatican craint que cette initiative n'ouvre la porte à des poursuites contre les Etats refusant de reconnaître les unions homosexuelles.

------------

Sur ce thème, voir De nouveaux droits de l'homme? et De nouveaux droits de l'homme? (II)

Article en italien sur le blog de Raffaella.
Ma traduction

Giuliano Ferrara : l'Onu et l'UE contre le Vatican
http://blog.panorama.it/...
-------------------

Pour l'église catholique, l'Onu et le Parlement européen sont des terres impies, et nous allons voir pourquoi.

L'ultime guet-apens onusien est lié à la question du soin des handicapés et de la promotion d'un statut d'égalité, thème très cher aux églises et aux missions du monde entiers, infatigables défenseurs des droits des plus faibles. Avec une astuce diabolique, tandis qu'ils établissaient avec les hommes du Pape un document pour la promotion de la dignité des dhandicapés, les bureaucrates idéologisés des Nations Unies inséraient dans le texte plusieurs articles sur les « droits reproductifs » et sur les « services pour la santé sexuelle » qui résonnent clairement en faveur de l'avortement. Terrible paradoxe : l'Onu fait la promotion de la dignité des handicapés et en même temps de la pratique de planning familial qui favorise l'avortement eugénique en série d'enfants ayant des imperfections et handicaps variés.

Le Vatican n'a pas signé, les journaux ont écrit que le Vatican est contre les handicapés.
Il s'était passé la même chose pour les homosexuels, deux jours plus tôt. La bureaucratie des sherpa européens, née et élevée au sein du Parlement et de la commission de Bruxelles, avait brandi un manifeste contre la criminalisation des gays, pour le compte de la présidence tournante des français. Elle l'avait écrit de façon à obliger le Vatican à s'en dissocier, déchaînant une gigantesque campagne médiatique mondiale contre l'homophobie obscurantiste de Ratzinger.
L'église n'a aucune indulgence pour la honte inhumaine de la persécution des homosexuels dans le monde, mais elle n'accepte pas qu'à travers le langage radical de l'égalité des droits, on introduise les idées maîtresses qui peuvent conduire au mariage homosexuel ou à l'adoption d'enfants de la part de couples homosexuels.

Il est à noter qu'il n'est pas vraiment nécessaire d'être catholique pour nourrir de douteux préjugés contre l'amour qui autrefois n'osait pas dire son nom. La societé victorienne - il suffit de penser au cas du procès et de la détention en prison d'Oscar Wilde - était franchement homophobe. On sait que dans la majorité des pays non catholiques, y compris et en premier chef dans le monde islamique, la persécution pénale des gay atteint des sommets de fureur meurtrière. L'église est certes elle-même fille d'une tradition culturelle antisodomite, comme le prouve la lettre de Saint-Paul aux Romains écrit dans le premier siècle de l'ère chrétienne, mais son antique prédication en défense de l'ordre de la génération et de la préminence de l'esprit sur la chair s'est associée, au fil du temps et des changements, à un « soin » de l'amour homosexuel (désordonné, selon la doctrine catholique) discret et respectueux des personnes.

Mais pourquoi l'Onu et le Parlement de Strasbourg sont-ils des terres infidèles pour le "giusnaturalismo" (respect de la loi naturelle) du Vatican et pour sa culture de l'amour et de la vie ? Pourquoi les guets-apens réussissent-ils dans ce domaine avec une telle facilité ?
La réponse est très simple.
Dans ces forums internationaux travaille l'élite, souvent cultivée et cosmopolite, détachée de toute forme vraie de légitimité populaire, indépendante du poids des traditions nationales. L'Onu et l'EU sont des organes supranationaux, dans lesquels comptent les idéologies de progrès et d'extension des droits qui ont leurs racines dans la culture du positivisme juridique.
Ce n'est pas la loi de la nature, ce n'est pas la loi de la raison, le Logos helléno-chrétien, ce n'est pas l'éthique des commandements donnés dans la Torah qui font loi. Ce qui fait la loi, c'est le coeur moderne de l'humanité en chemin vers son destin avec le seul secours de sa conscience.
Le devoir d'une déchristianisation radicale du monde au nom du progrès scientifique et du dogmatisme rationaliste convient parfaitement au commis, aux fonctionnaires qui s'occupent de l'idéologie des super-états.

Version imprimable

Lécologisme de Ratzinger, hymne à Humanae Vitae Un ami du Saint-Père: le cardinal Giacomo Biffi