Articles La voix du Pape Livres, DVD Sites reliés Recherche Saint-Siège
Page d'accueil La voix du Pape

La voix du Pape


NoŽl Les collages de Gloria Bénin Blasphème au théâtre Indignés Assise Allemagne (suite) 2011: L'Année BenoÓt

Sorella Natura

Audience aux participants à l'opération "Nature à l'école", promue par la Fondation "Soeur Nature", d'Assise: Le respect pour l'homme et celui pour la nature sont une chose unique (30/11/2011)



Le 29 novembre on célébrait en Italie la "Journée pour la protection de la Création", qui coïncide avec l'anniversaire de la proclamation par JP II de Saint-François d'Assise comme Patron des écologistes.
A cette occasion, le Saint-Père a reçu la veille, dans l'Aula Paul VI, quelques 10 mille jeunes italiens, accompagnés de parents et de professeurs, ayant participé à l'opération "Nature à l'école", promue par la Fondation "Soeur Nature", d'Assise.
Massimo Introvigne, qui commente le beau discours du Pape sur La Bussola écrit à juste titre que "c'est une occasion pour lui de revenir sur un thème qui lui est cher: la distinction entre la vraie et la fausse écologie"

Voici ma traduction de ce discours.

Monsieur le cardinal
Illustres Autorités,
Chers enfants et chers jeunes!

C'est avec une grande joie que je vous accueille à cette rencontre dédiée à l'engagement pour "Soeur Nature", pour utiliser le nom de la Fondation qui l'a promue. Je salue cordialement le Cardinal Rodriguez Maradiaga et je le remercie pour les paroles qu'il m'a adressées aussi en votre nom et pour le don précieux du Codex 338, qui contient les plus anciennes sources franciscaines. Je salue le président, M. Roberto Leoni, ainsi que les Autorités, les personnalités et les nombreux enseignants et parents. Mais surtout, je vous salue, chers garçons et filles, chers jeunes! C'est justement pour vous que j'ai voulu cette rencontre, et je voudrais vous dire que j'apprécie beaucoup votre choix d'être des "gardiens de la création", et qu'en cela, vous avez mon plein soutien.

Tout d'abord nous devons nous rappeler que votre Fondation et cette même rencontre ont une inspiration profondèment franciscaine. Même la date d'aujourd'hui a été choisie pour commémorer la proclamation de saint François d'Assise, saint Patron de l'écologie par mon bien-aimé prédécesseur, le bienheureux Jean-Paul II en 1979. Vous savez tous que Saint-François est aussi le Patron de l'Italie. Mais peut-être ne savez-vous pas que c'est le pape Pie XII, qui le proclama tel en 1939, quand il le qualifia de "plus italien des saints, plus saint des Italiens". Si, donc, le saint Patron de l'Italie est également Patron de l'écologie, il semble normal que les jeunes, et les jeunes Italiens, aient un sentiment spécial pour "soeur nature", et s'emploient concrètement pour sa défense.

Lorsque l'on étudie la littérature italienne, l'un des premiers textes que l'on trouve dans les anthologies est justement le "Cantique de Frère Soleil", ou "des créatures", de saint François d'Assise: "Très-Haut, tout puissant, bon Seigneur ... ". Ce cantique met en évidence la juste place à donner au Créateur, à Celui qui a appelé à l'existence tout la grande symphonie des créatures. " ... à toi les louanges, la gloire et l'honneur et toutes bénédictions ... Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures". Ces vers font partie à juste titre de votre tradition culturelle et scolaire. Mais ils sont d'abord une prière, qui éduque le cœur dans le dialogue avec Dieu, l'éduque à voir dans chaque créature l'empreinte du grand Artiste céleste, comme nous le lisons aussi dans le magnifique Psaume 19: "Les cieux racontent la gloire de Dieu, l'oeuvre de ses mains annonce le firmament ... sans langage, sans mots, sans que leur voix soit entendue, par toute la terre se répand leur annonce »(voir 1.4-5).
Frère François, fidèle à la Sainte Écriture nous invite à reconnaître dans la nature un livre merveilleux qui nous parle de Dieu, de sa beauté et de sa bonté. Pensez que le Poverello d'Assise demandait toujours au moine du couvent qui s'occupait du potager, de ne pas cultiver tout le terrain pour les légumes, mais d'en laisser une partie pour les fleurs, et même de faire un beau parterre de fleurs, afin que les passants élèvent leur pensée vers Dieu, créateur d'une telle beauté.

Chers amis, l'Eglise, en considérant avec faveur les recherches et les découvertes scientifiques les plus importantes, n'a jamais cessé de rappeler qu'en respectant l'empreinte du Créateur dans toute la création, on comprend mieux notre identité humaine véritable et profonde. S'il est bien vécu, ce respect peut aussi aider un jeune garçon ou une jeune fille à découvrir ses talents et ses aptitudes personnelles, et ensuite à se préparer à une profession donnée, qu'il cherchera toujours à exercer dans le respect de l'environnement. Si en effet, dans son travail, l'homme oublie qu'il est un collaborateur de Dieu, il peut faire violence à la création, et provoquer des dommages qui ont toujours des conséquences négatives sur l'homme aussi, comme nous le voyons, malheureusement, en plusieurs occasions. Aujourd'hui plus que jamais, il nous apparaît clairement que le respect pour l'environnement ne peut pas oublier la reconnaissance de la valeur de la personne humaine et son inviolabilité, à chaque étape de la vie et dans toutes les conditions. Le respect pour l'être humain et le respect pour la nature ne font qu'un, mais tous deux peuvent croître et avoir leur juste mesure si nous respectons dans la créature humaine et dans la nature le Créateur et sa création. Sur ce point, chers enfants, je suis convaincu de trouver en vous des alliés, de véritables «"gardiens de la vie et de la création".

Et maintenant, je voudrais profiter de cette occasion pour adresser unmot spécifique aussi aux enseignants et aux autorités qui sont ici présents. Je voudrais souligner la grande importance de l'éducation dans ce domaine de l'écologie. J'ai accepté avec joie la proposition de cette rencontre justement parce qu'elle implique beaucoup de très jeunes étudiants, parce qu'elle a une claire perspective d'éducation. Il est en effet désormais évident qu'il n'y a pas de bon avenir pour l'humanité sur la terre si nous ne nous éduquons pas tous à un style de vie plus responsable envers la création. Et je souligne l'importance du mot "création" parce que le grand et merveilleux arbre de la vie n'est pas le résultat d'une évolution aveugle et irrationnelle, mais cette évolution reflète la volonté créatrice du Créateur, sa beauté et sa bonté. Ce type de responsabilité s'apprend d'abord dans la famille et à l'école. Je vous encourage donc, parents, administrateurs scolaires et enseignants à porter avec conviction une attention éducative et didactique constante à cette fin. Par ailleurs, il est indispensable que ce travail des familles et des écoles soit soutenu par les institutions préposées, qui sont aujourd'hui bien représentées ici.

Chers amis, confions ces pensées et ces aspirations à la Vierge Marie, Mère de toute l'humanité. Alors que nous venons de commencer le temps de l'Avent, qu'elle nous accompagne et nous guide pour reconnaître dans le Christ le centre de l'univers, la lumière qui éclaire chaque homme et chaque créature. Et que saint François nous enseigne à chanter avec toute la création, un hymne de louange et de reconnaissance à notre Père céleste, dispensateur de tout don.
Merci de tout coeur d'être venus nombreux, et j'accompagne volontiers vos études, votre travail et votre engagement avec ma bénédiction.
J'ai parlé de chanter, chantons ensemble le Notre Père, la grande prière enseignée par Jésus à nous tous.

(Texte original en italien: Vatican)

La famille de Nazareth Voeux à la Curie