Articles La voix du Pape Livres, DVD Sites reliés Recherche Saint-Siège
Page d'accueil Livres, DVD

Livres, DVD


Nol Les collages de Gloria Bénin Blasphème au théâtre Indignés Assise Allemagne (suite) 2011: L'Année Benot

Marie-Anne a lu "Mon frère le Pape"

Et elle nous dit le plaisir qu'elle y a pris. (29/11/2011)

-> Voir aussi:
Mon frère le Pape

Pour les lecteurs qui, depuis 2005, suivent avec une grande sympathie tous les livres parus sur le St Père, ce livre n’apporte peut-être pas beaucoup de nouveautés.
Son intérêt, c’est l’approche tout à fait personnelle, familiale, donc unique dans son genre.
Un bel exemple de fraternité se dégage au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture.

Ce qui relie les deux frères (le Ratzinger des livres, Joseph et le Ratzinger de l’orgue, Georg), encore plus profondément que leur communes racines bavaroises et leur commun attachement au souvenir de leurs parents et de leur sœur (disparue il y a 20 ans), c'est leur sacerdoce, cette vie vécue dans l’intimité du Christ depuis 60 ans, selon le charisme différent pour chacun d'eux.

Ce qui est gravé sur l’image souvenir de leur première messe (la citation tirée de la 2° lettre aux Corinthiens) reste significatif :
“Nous nous voulons pas régenter votre foi, mais plutôt servir votre joie” 2 Co 1, 24 ;
“Notre capacité ne vient pas de nous, mais de Dieu” 2 Co, 3, 5.

Il y aurait certes beaucoup à dire après avoir lu le témoignage de ce frère aîné qui reste pour notre St Père "un exemple de courage, de probité et de modestie".
Pour ma part, je relève surtout un fait que j’ignorais et que j'ai appris avec une certaine émotion.
C'est l’histoire de l’anneau épiscopal. Offert au cardinal-archevêque de Munich en 1977 par Georg et Maria, il a été déposé aux pieds de Notre Dame d’Altötting en 2006, au lieu même où Joseph Ratzinger père avait accompli son pèlerinage d’action de grâces lorsque ses deux fils sont revenues sains et saufs de la captivité.

Voilà. D’autres lecteurs remarqueront sûrement d’autres détails, mais j’ai tenu à partager ma joie d’avoir pu lire ce livre.

Marie-Anne


Lire Benot XVI