Le Pape a des accents poétiques...

... en parlant du christianisme comme d'un grand "oui".
--------------------

John Allen analyse l'homélie de la messe du samedi 8 septembre, à Mariazell .
La traduction en français de cette homélie est à lire sur le site du Vatican.

Article original en anglais sur le site de NCR: Pope makes poetic plea for Christianity as a grand 'Yes"

Traduction de mon amie, Hélène, que je remercie de sa gentillesse...
--------



Le Pape a des accents poétiques en parlant du christianisme
--------------------------
C’est en termes presque poétiques que le Pape Benoît XVI a prononcé aujourd’hui un éloquent plaidoyer en faveur d’une nouvelle vision des principes fondamentaux du christianisme. Son message peut se résumer comme suit : alors que beaucoup d’européens désabusés considèrent que, si l’Eglise soutient détenir la seule et unique vérité, c’est en fait de la poudre aux yeux lui permettant de masquer son pouvoir et son intolérance. Or son vrai message est un message d’amour.

Benoît a parlé lors d’une messe en plein air qui s’est déroulée sous une pluie battante devant la basilique de Mariazell, un sanctuaire marial extrêmement populaire en Europe Centrale.

Pour les autrichiens qui, depuis une dizaine d’années, n’ont cessé de protester contre ce que beaucoup considèrent ici comme un négativisme excessif de l’Eglise, Benoît a fait remarquer que la base du christianisme repose plutôt sur un « oui » que sur un « non », un oui à Dieu, à la vie, à la famille, à la responsabilité sociale et à la justice.

L’on peut se poser la question de savoir si l’appel du Pape sera suffisant pour guérir les traumatismes qui affectent l’Eglise autrichienne suite à des crises récentes, par exemple en matière d’abus sexuels, pour des conflits d’autorité, ou pour endiguer les avancées d’une sécularisation sans cesse croissante. Ce qui semble clair par ailleurs c’est la stratégie adoptée par Benoît pour sortir de cette impasse : son objectif est un retour aux sources et aux valeurs de base, une tentative de rappeler aux gens pourquoi le monde a embrassé le christianisme au début, avant que celui-ci n’évolue vers un système moral et juridique complexe.

« Le christianisme est bien plus qu’un code moral et il est différent « a déclaré Benoît, « il ne peut être ramené à une série d’exigences et de lois. C’est le don d’une amitié assez forte pour durer au-delà de la vie et de la mort ».

Adoptant des accents parfois lyriques, Benoît a fait remarquer qu’au cœur de l’évangile se trouvent les bras tendus de Jésus sur la croix – qui deviennent les bras tendus des chrétiens en prière et des chrétiens embrassant le monde entier dans leur amour. « Souvenez-vous de cela, semble » suggérer Benoît, et tout le reste vous semblera plus facile à comprendre.

« La terre ne sera privée d’avenir que si les forces du cœur humain et de la raison humaine illuminée par le cœur s’éteignent – lorsque le visage de Dieu aura cessé de briller sur la terre » a dit le Pape.

« La où se trouve Dieu se trouve notre avenir ».

Benoît a dit à une foule d’environ 30.000 personnes rassemblées dans ce site montagneux éloigné, que la croyance selon laquelle Jésus Christ est le seul sauveur du monde n’est pas un acte d’arrogance ou d’irrespect envers les autres religions.

« Aujourd’hui comme hier, il ne suffit pas d’aimer plus ou moins les autres, de penser comme les autres » a-t-il déclaré. « Nos vies ont une signification plus profonde ».

------------
Sur ce sujet, voir ici:
Messe à Mariazell
Autriche, J2
Dures conditions à Mariazell

Relations avec les musulmans
John Allen en franšais