Articles La voix du Pape Livres, DVD Sites reliés Recherche Saint-Siège
Page d'accueil Articles

Articles


Nol Les collages de Gloria Bénin Blasphème au théâtre Indignés Assise Allemagne (suite) 2011: L'Année Benot

Saint Jean-Baptiste nous invite à la conversion

C'est l'un des titres possibles pour le discours d'Angelus du deuxième dimanche de l'Avent (4/12/2011)



Evitons de nous servir des mots du Saint-Père pour faire avancer nos idées, car il est toujours là où on ne l'attend pas, il est plus loin, plus haut - et pas toujours facile à suivre, il faut bien le dire. La tentation est forte de le "récupérer", et/ou d'ignorer ce qui ne nous arrange pas . C'est pourquoi, même si on lit les commentaires, il faut toujours retourner à la source, et lire d'abord les textes en entier.

Chaque discours, chaque homélie, est une illustration de ce principe.
Je prend l'exemple de l'Angelus d'aujourd'hui (texte en italien ici).
Je n'ai pas encore lu les commentaires, mais je peux facilement les imaginer (1). Il doivent impérativement tenir en une ligne, et aujourd'hui, il y a matière abondante.

Partant de l'évangile du jour (Marc, 1, 2-8), en ce deuxième dimanche de l'Avent, le Pape s'arrête sur "la personnalité et la mission" de Saint Jean-Baptiste, le "précurseur du Christ".
"Commençant par l'aspect extérieur, Jean est présenté comme une figure très ascétique, vêtu de peau de chameau, se nourrissant de sauterelles et de miel sauvage". Jésus lui-même l'oppose "à ceux qui vivent dans les palais des rois, et qui portent des vêtements de luxe".
Certes, dit le Pape, "le style de Jean devrait rappeler tous les chrétiens à choisir la sobriété comme style de vie", spécialement en cette période de Noël.

Mais comme toujours, le Saint-Père nous rappelle à l'essentiel, qui est la conversion authentique: "la mission de Jean fut un appel extraordinaire à la conversion"; "il va au delà, et plus en profondeur que la sobriété du style de vie: il appelle à un changement intérieur, à partir de la reconnaissance et de la confesssion de nos propres péchés".
"Alors que nous nous préparons à Noël, il est important que nous rentrions en nous-mêmes, et fassions un examen sincère de notre vie".

Donc, s'il faut résumer le contenu d'aujourd'hui, le titre le plus pertinent (mais le moins "vendeur" ) serait sans doute: "Saint Jean-Baptiste nous appelle à la conversion"

Le post-angelus (que je m'abstiens de commenter) a lui aussi de quoi donner du grain à moudre aux opérateurs des medias:
--------------------

"Dans les prochains jours, à Genève et dans d'autres villes, nous allons célébrer le 50e anniversaire de l'institution de l'Organisation mondiale pour les migrations, le 60e de la Convention sur le statut des réfugiés et le 50e de la Convention sur la réduction des cas d'apatridie. Je confie au Seigneur ceux qui, souvent forcés, doivent quitter leur pays, ou qui sont privés de nationalité. Tandis que j'encourage la solidarité envers eux, je prie pour tous ceux qui font tout leur possible pour protéger et aider ces frères en situation d'urgence, s'exposant à de graves difficultés et dangers".

Et aux pélerins français, il a dit:
------------------
"Chers pèlerins francophones, la prière de l’Angélus me donne la joie de vous accueillir. À la suite de Jean-Baptiste, n’ayons pas peur de vivre dans l’espérance. Dans notre monde traversé par l’incertitude et la violence, que ce temps de l’Avent et de l’attente de la venue du Prince de la Paix, nous donne de méditer la Parole de Dieu. Évitons de nous endormir et préparons avec détermination le chemin du Seigneur, source de paix et de joie, d’amour et d’espérance, qui vient sans cesse consoler son peuple. Avec la Vierge Marie, soyons les messagers impatients de l’espérance dont notre monde a tant besoin ! Bonne et sainte préparation à la fête de Noël !"

* * *

(1) Tout cela est exploité uniquement dans la mesure où cela cadre - en surface - avec le discours dominant, et ignoré sinon.
Après avoir écrit ces lignes, je n'ai pas résisté à la tentation.
Voici ce que cela donne sur le site de Raffaella:



Tout cela est vrai, mais il me semble qu'il manque l'essentiel

La foi face au relativisme de la société Ces derniers, tant aimés de Benot XVI