Articles La voix du Pape Livres, DVD Sites reliés Recherche Saint-Siège
Page d'accueil Articles

Articles


NoŽl Les collages de Gloria Bénin Blasphème au théâtre Indignés Assise Allemagne (suite) 2011: L'Année BenoÓt

Le 25 décembre, date historique

Mise au point, à propos d'un texte (re)mis en ligne hier, comme réponse préventive au cadeau de Noël du service public français aux télespectateurs chrétiens (20/12/2011, mise à jour le 21)

->
Voir ici: Jésus, "l'ombre d'un doute".
->
Le texte original en italien ici: http://www.30giorni.it/articoli_id_12293_l1.htm


Je tiens à prévenir d'éventuelles critiques du long texte en italien que j'ai traduit il y a trois ans, et qui se fonderaient simplement sur une mise en cause de la compétence de son auteur.
Il va de soi que je ne suis pas en mesure de juger la valeur scientifique de la théorie de l'auteur, et des arguments qu'il apporte pour la justifier. Ce serait une querelle d'experts, qui me dépasse. Et finalement, ce n'est pas le plus important.
Il convient cependant de préciser certaines choses, et je reconnais que mes précédentes présentations du texte ne citaient pas suffisamment les sources.

D'abord, l'article original en italien est encore en ligne, ici . Je m'étais servi précédemment de sa reproduction sur le site ami www.rassegnastampa-totustuus.it .
La revue Trenta Giorni, qui a une version en français, se passe largement de ma recommendation, jouissant de l'amitié et de l'estime du cardinal Ratzinger.

Passons au CV de l'auteur.
Evidemment, je le tire de la notice wikipedia (en italien), mais comme il n'y a aucune information potentiellement "scandaleuse" autour de lui, je pense que la notice est fiable.
L'auteur est un savant respectable:

* * *

Tommaso Federici (1927 - 2002) était un écrivain , journaliste et universitaire italien .
Il a également été consultant au sein du Secrétariat pour l'unité des chrétiens (aujourd'hui Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens ), secrétaire de la Commission pontificale pour la "Néo-Vulgata, consultant à la Sacrée Congrégation pour le Culte Divin et les Sacrements et consultant à la Sacrée Congrégation pour les Eglises orientales.
Il est diplômé en lettres classiques à l'Université "La Sapienza" de Rome, en droit à l'Université d'État de Sassari, et il est titulaire d'une licence en Ecriture Sainte à l' Institut biblique pontifical à Rome et d'un doctorat en théologie sacrée à l'Université Pontificale Saint-Anselme.
Comme journaliste, il a collaboré à diverses publications et a été un éditorialiste de L'Osservatore Romano . Il a siégé au comité éditorial de l'Encyclopedia Cattolica .
Il a enseigné pendant de nombreuses années à l'Institut pontifical liturgique de saint Anselme et plus tard comme professeur à l' Université pontificale S.Urbain à Rome.
A sa mort, une fondation à son nom a été créée.

* * *

Tout cela touche bien sûr à des faits qui sont aussi du domaine de la foi, donc par définition improuvables empiriquement, mais l'article, plus que crédible, est scientifiquement bien étayé, même si on a évidemment le droit de le contester (et c'est normal, puisque Dieu nous laisse libres de croire)

Dire, d'une manière subliminale ou directe, que le 25 décembre a été choisi arbitrairement pour supplanter une fête païenne n'est pas anodin: la conséquence, ou le but, c'est de donner une vision mythique de la réalité historique du Christ (Carlota).
Au risque d'élargir "Le fossé entre le 'Jésus historique' et le 'Christ de la foi'", comme le disait le Saint-Père dans sa préface au premier volume de Jésus de Nazareth, auquel je renvoie ici: http://beatriceweb.eu/Blog06

Quand Mgr Fellay botte en touche La crèche du Pape