Articles La voix du Pape Livres, DVD Sites reliés Recherche Saint-Siège
Page d'accueil Articles

Articles


NoŽl Les collages de Gloria Bénin Blasphème au théâtre Indignés Assise Allemagne (suite) 2011: L'Année BenoÓt

Traduttore, traditore

Patrice de Plunkett propose une interprétation surprenante de l'homélie de la nuit de Noël, qu'il résume en: "Les Lumières ont engendré le libéralisme" (27/12/2011)

(Illustration ici)


Le dernier billet de Patrice de Plunkett s'intitule: Les Lumières ont engendré le libéralisme.

Le libéralisme - et ses dérives - est plus qu'un thème récurrent (par ailleurs parfaitement légitime, nous n'aimons pas plus que lui, pour parler en termes simples, la dictature des marchés), c'est une obsession sur ce site, une bête noire.

Le dernier exemple est cette explication de texte qu'il propose "d'une phrase de l'homélie de Noël de Benoît XVI", comme il dit.
Parice de Plunkett a lu apparemment les versions françaises, italiennes et allemandes, de l'homélie sur le site du Vatican (cf. http://www.vatican.va). Et il remarque ce qui l'arrange: dans la "traduction française officielle par le service polyglotte du Vatican", 'se vogliamo trovare il Dio apparso quale bambino, allora dobbiamo scendere dal cavallo della nostra ragione illuminata' devient 'si nous voulons trouver le Dieu apparu comme un enfant, alors nous devons descendre du cheval de notre raison libérale'.

Et il enchaîne:

---------------
Pourquoi traduire « illuminata » par « libérale » ?
Dans sa version originale allemande, le pape avait écrit : «aufgeklärten », ce qui correspond à « illuminata ». Mot à mot, on pourrait le traduire par « illuminée ». A ceci près qu'en français, « illuminé » veut seulement dire « éclairé » (sens favorable) ou « fou » (sens défavorable) ; alors qu'en italien ou en allemand, et surtout dans la bouche d'un universitaire comme Benoît XVI, les termes « aufgeklärten » et « illuminata » – appliqués à la raison – sont une allusion à la philosophie des Lumières. Aufklärung, en allemand.
Le traducteur français se trouvait donc devant un choix : ou faire du mot à mot, ou suivre le sens. Il a choisi le sens. A son avis, « raison libérale » est le terme le plus proche de ce que le pape veut dire en employant un adjectif qui renvoie aux Lumières.
---------------

Je suis désolée, mais le traducteur français, qui a commis par ailleurs plusieurs erreurs - ou simples coquilles, comme j'en fais moi-même trop souvent par rapport au texte italien (cf. par exemple ici: Urbi et Orbi) - n'a pas à "choisir le sens". Et "son avis" ne nous intéresse pas: il doit seulement reproduire avec exactitude les propos du Pape. Et je trouve donc très inquiétant qu'il ait traduit "illuminata" par "libérale", car ce dernier mot est fortement connoté, comme on dit désormais, et surtout n'entre probablement pas dans les intentions du Saint-père.

J'ai donc posté un commentaire sur le site de Patrice de Plunkett, il n'a pas été publié, mais je m'y attendais. Heureusement, j'ai ma petite voix sur internet:

* * *

"Illuminata" veut dire "éclairée", et c'est tout (à part la note d'ironie perceptible dans les guillemets du texte en italien). En italien, il y a deux adjectifs qui impliquent le sens que vous avez perçu, et que le Saint-Père connaît évidemment, et emploie même de temps en temps: "illuminista", et "illuministica": tous deux se réfèrent effectivement à la philosophie des Lumières. La traduction en français par les bureaux de la Curie (qui contient d'autres erreurs et coquilles) est donc tendancieuse .D'autre part, je ne sais pas (de façon certaine) en quelle langue le Saint-Père écrit ses homélies. Je ne suis pas sûre que c'est en allemand, il suffit de se rendre à cette page pour voir que les versions en allemand ne sont pas proposées tout de suite, et souvent, pour les discours moins importants, on reste à la version en italien. Si les textes étaient écrits en allemand, la version en allemand figurerait immédiatement (comme ce fut le cas pour le discours au Bundestag).

* * *

Et de toutes façons, Benoît XVI a prononcé le discours en italien, une langue qu'il maîtrise, et il a bel et bien dit illuminata.

Patrice de Plunkett conclut:
Pourquoi faudrait-il « descendre » du cheval d'une raison éclairée ?

Réponse: Mais c'est très simple.
C'est une métaphore, un procédé pédagogique habituel chez le professeur que le Saint-Père est resté dans l'âme. Très souvent, il revient sur la volonté de l'hommme contemporain de se "passer de Dieu", alors qu'il ne le peut pas. Et c'est pourquoi cette attitude "éclairée", c'est-à-dire l'attitude de l'homme instruit, qui se croit plus intelligent, par rapport au boeuf et à l'âne de la crèche (cf. Qui sont le boeuf et l'âne de la crèche?), est dénoncée par lui. Comme il avait dénoncé ces "catholiques adultes" dans l'homélie des vêpres conclusives de l'année paulinienne, le 29 juin 2009 (cf. Les catholiques "adultes" du gouvernement Monti).

En conclusion: les mots du Saint-Père lui appartiennent, et il ne nous revient pas de les interpréter à notre guise, pour lui faire dire ce qu'on voudrait qu'il dise.

La succession de Madame Pigozzi s'impose! Histoire de la crèche