Vous Ítes ici: Articles  

PREMIER ANGELUS À CASTELGANDOLFO
 

Le Pape lance un appel pour les marins capturé par des pirates, et accorde une audience à leurs familles (10/7/2011)




Video canal du Vatican




 

Radio Vatican (extrait)
10/07/2011

Dieu ne nous force pas à croire en Lui, mais nous attire avec la vérité et la bonté, parce que l'amour respecte toujours la liberté, a affirmé aujourd'hui le Pape, lors de l'Angélus dans la cour du Palais Apostolique de Castel Gandolfo.
A l'occasion du «dimanche de la mer", Benoît XVI a lancé un plaidoyer pour les otages des pirates.
------------------------
Accueil chaleureux pour le pape, pour son premier Angélus d'été à Castel Gandolfo.
Benoît XVI a commenté la parabole du semeur proposée par la liturgie d'aujourd'hui (Matthieu, 13, 1-23) .
.....
Il a ensuite rappelé que demain, l'Église célèbre la fête de saint Benoît, Abbé, et patron de l'Europe:

"À la lumière de cet Evangile, nous nous tournons vers lui comme à un maître de l'écoute de la Parole de Dieu, une écoute profonde et persévérante. Nous devons toujours apprendre du grand patriarche du monachisme occidental à donner à Dieu la place qui lui revient, la première place, lui offrant, avec la prière du matin et du soir, les activités quotidiennes. Que la Vierge Marie nous aide à être sur son modèle, 'bonne terre' où la semence de la Parole portera beaucoup de fruit. "

Après l'angélus, à l'occasion du "Dimanche de la mer", c'est-à-dire la Journée de l'apostolat dans le milieu maritime, il a adressé un salut particulier aux aumôniers et aux volontaires qui se consacrent à la pastorale des gens de mer, des pêcheurs et de leurs familles:

"J'assure aussi de mes prières les marins qui, malheureusement, se trouvent séquestrés par des actes de piraterie. J'espère qu'ils seront traités avec respect et humanité, et je prie pour leurs familles afin qu'elles soient fortes dans la foi et ne perde pas espoir de retrouver bientôt leurs proches". (1)

S'adressant aux pèlerins de langue française, il les a invités, en cette, en cette période de vacances, "à retremper leurs énergies en admirant la splendeur de la création". Il a exhorté les parents à enseigner à leurs enfants "à observer la nature, à la respecter et à la protéger comme un merveilleux cadeau qui nous fait percevoir la grandeur du Créateur! Parlant en paraboles - a-t-il poursuivi - Jésus a utilisé le langage de la nature pour expliquer à ses disciples les mystères du Royaume. Que les images qu'il utilise nous devienent familières! Rappelons-nous que la réalité divine est cachée dans notre vie quotidienne comme la semence placée dans le sol. C'est à nous de la faire fructifier".
...




Gens de la mer: le mépris de l'opinion publique

Visitant le siège de l'OR, à l'occasion de son 150e anniversaire, le Saint-Père a eu ces mots (cf. benoit-et-moi.fr/2011-II/ ):

"Personne ne peut informer sur tout. Même les moyens les plus universels, pour ainsi dire, ne peuvent pas tout dire: c'est impossible. Il faut toujours un choix, un discernement. Et c'est pourquoi, dans la présentation des faits, le critère de choix est décisif: il n'y a jamais le fait pur , il y a toujours un choix qui détermine ce qui apparaît et ce qui n'apparaît pas. Et nous savons bien que le choix des priorités, aujourd'hui, dans de nombreux organes d'opinion publique est souvent très discutable".

Qui s'occupe du sort des victimes de piraterie maritime, et plus largement, de celui des gens de la mer, sinon l'Eglise? Pourquoi y a-t-il deux sortes d'otages, deux sortes de victimes?
(cela remet en mémoire le traitement insensé donné par les medias à la libérations des deux français, otages en Afghanistan, alors que de jeunes soldats français meurent là-bas dans l'indifférence générale, voir ici et ici)?

Le Pape, qui ne devait accorder aucune audience, en ce mois de juillet, fait une exception pour eux, et leur concède un peu de son rare et précieux temps libre: c'est un signe très fort.
Et l'OR consacre aujourd'hui à ces victimes ignorées de différents abus un article.
Ma traduction:




 

Dimanche, chez le Pape, les familles des otages toujours aux mains de pirates
Solidarité et proximité aux marins et aux pêcheurs
------------------
Les attaques des pirates ne sont pas le pire des maux pour les hommes de la mer. Ce qui leur fait le plus mal est le mépris absolu de la majorité de l'opinion publique sur la situation difficile dans laquelle ils vivent et travaillent quotidiennement. D'eux, de leurs problèmes, on ne parle jamais, sauf en cas de catastrophes ou, justement, quand ils sont victimes de la piraterie (ndt: et encore!!). Et personne ne réalise combien est essentiel le service rendu par les marins. L'Eglise suit de près les événements des gens de la mer. Dès 1920, une assistance spirituelle particulière a été initiée pour eux.
C'est dans cette optique que le 10 Juillet, on célébre le dimanche de la mer, une initiative adoptée précisément pour attirer l'attention sur cette vaste frange de l'humanité.
Pour exprimer la continuité de cette sollicitude pastorale, Benoît XVI rencontrera à Castel Gandolfo, après l'Angélus, une délégation des familles qui ont des parents toujours aux mains de pirates dans diverses parties du monde. Ils seront accompagnés par don Giacomo Martino, directeur national de l'Apostolat de la Mer. Il y aura Nicola Verrecchia, Nunzia Nappa, Libera Lubrano Lavatera, Cosma Cesaro, Teresa Anna Costagliola Di Fiore et Adriano Bon, qui lui parleront de leurs préoccupations et de leurs espoirs.
Pour sa part, le Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en Déplacement a consacré à l'événement un document pastoral "pour sensibiliser - dit le message signé par Mgr Antonio Maria Vegliò, et Mgr Joseph Kalathiparambil, respectivement président et secrétaire du dicastère - la communauté chrétienne et la société en général, au caractère indispensable du service rendu par les marins, et faire connaître le ministère que les aumôniers et les bénévoles de la mer accomplissent dans de nombreux ports du monde entier".
Le bienheureux Jean-Paul II n'a pas manqué d'exprimer la solidarité et la proximité de l'Eglise à ces travailleurs de la mer. Il l'a fait à Fano (Ancône), le 12 août 1984, s'adressant aux marins et aux pêcheurs: "Ma présence parmi vous aujourd'hui - dit-il - veut souligner que l'Eglise est proche de vous, honore votre travail, souvent dangereux et difficile, connaît vos craintes et vos préoccupations, soutient de vos droits, réconforte votre nostalgie et votre solitude".
Ces mots "représentent un message fort d'espoir pour les 1,5 millions de marins de plus de 100 nationalités (dont les deux tiers des pays en développement), qui répondent aux besoins quotidiens de l'économie mondiale en transportant 90% du commerce mondial".
"Ces dernières années - rapporte le document - la criminalisation des équipages à cause d'incidents maritimes, l'abandondans des ports étrangers sans nourriture et sans argent, les nouvelles restrictions pour descendre à terre, le manque de sécurité et de protection, les embarquement au long cours, ont ajouté une pression supplémentaire et de l'anxiété non seulement pour la vie de ces travailleurs, mais aussi pour leurs familles".
L'Apostolat de la Mer connaît bien les nombreuses situations "inhumaines qui persistent encore dans le monde maritime et se range aux côtés des marins afin de confirmer que leurs droits humains et de travail doivent être respectés".
Rappelant la récente déclaration sur la piraterie du 26 mai 2011, le message insiste sur l'importance pour le secteur maritime "de travailler en étroite collaboration avec les gouvernements, les organisations internationales et les organismes de protection sociale, afin de mettre en œuvre des mesures préventives pour assurer la sécurité de ces personnes. Et, pour assurer une protection supplémentaire à ceux qui travaillent sur la mer, nous appelons tous les gouvernements à adopter dès que possible la Convention de l'Organisation internationale du Travail (OIT), sur le travail maritime (MLC) de 2006 et en favorisent l'entrée en vigueur. Autrement, elle n'aurait qu'une valeur théorique, bien qu'elle reste l'une des avancées les plus importantes dans l'histoire des droits des gens de mer".
...
Enfin, l'archevêque Vegliò a annoncé la convocation à Rome, du XXIIIe Congrès mondial de l'Apostolat de la Mer, du 19 à 23 Novembre 2012, pour réfléchir sur les défis posés par les changements constants dans le monde maritime.




 

(1) Benoît XVI rencontre les familles des victimes de la piraterie
(d'après Radio Vatican en français et en italien)

Ce dimanche 10 juillet, après l’Angélus, à Castelgandolfo, Benoît XVI a rencontré des représentants des familles des otages de la piraterie en mer, à l’occasion du Dimanche de la Mer.
La délégation était composée de personnes de différentes nationalités.
L’Église est aux côtés des gens de la mer et le Pape veut faire part de sa proximité avec les victimes de la piraterie.
Quelque 800 personnes sont encore retenues en otage par des pirates. Un phénomène dramatique et méconnu qui a atteint un niveau record en 2010 avec 445 attaques, 53 embarcations séquestrées et 1181 personnes capturées. Un phénomène qui ne faiblit pas. Si la plupart des attaques ont lieu au large des côtes somaliennes, la piraterie est un défi mondial qui exige une réponse globale. Parmi les otages, il y a 11 Italiens, capturés lors de deux raids, en Février entre l'Inde et la Somalie et en avril au large des côtes d'Oman.
---------------
Don Giacomo Martino, directeur de l'Apostolat maritime de la "Fondation pour les Migrants" de la Conférence épiscopale italienne, qui a assisté à l'événement, a dit que "le pape a donné beaucoup de sérénité aux familles des otages, émus et rassurés de pouvoir compter sur ses prières".
Une rencontre - a dit le prêtre - "cœur à cœur avec le cœur de l'Église, à travers le Saint-Père. Une Eglise qui a de nouveau montré son universalité, sa proximité avec les problèmes et les souffrances de l'humanité. Les proches des otages savent maintenant que Benoît XVI va continuer à les porter dans son cœur".

Simultanément, l'Apostolat maritime de la CEI a lancé un appel "aux armateurs, aux gouvernements, aux marins, à leurs familles, aux pirates, aux communautés chrétiennes", concluant ainsi:

La disponibilité du Pape à accueillir une représentation internationale des familles de marins est un signal fort et un appel à la sensibilisation à ce problème encore inconnu par la majorité de l'opinion publique, mais aussi une dure condamnation contre ces "razzia" opérées contre les gens de la mer.
Actuellement, le phénomène affecte (selon les données du site www.saveourseafarers.com) environ 800 marins séquestrés par des pirates et souvent maltraités. Avec cette rencontre le "phénomène de la piraterie" s'est transformé en une rencontre avec des personnes, les famille, qui, avec beaucoup de dignité, vivent dans une grande souffrance la séparation d'avec leurs proches. Il faut exprimer de la gratitude envers le Saint-Père qui, à la tête de l'Eglise universelle, a, même dans sa pause estivale, un grand cœur pour écouter, accueillir et prier avec ces familles afin que personne ne se sente seul et que chacun se sente aimé et rappelé, aussi dans ce "petit grand geste"




Mort d'Otto de Habsbourg | Le scandale Murdoch