Actualités De l'étranger Images Miscellanées Courrier Favoris Index Archives Plan
Accueil Actualités

Actualités


Elections américaines John Allen L'agenda du Saint-Père Lettre au sénateur Pera Pie XII Voyage en Terre Sainte Dernières entrées

Relations avec les musulmans

Discours prononcé par le Pape à l'issue du forum Chrétiens-musulmans. Ma traduction (7/11/2008)

Le 4 novembre s'ouvrait à Rome le premier séminaire du Forum catholico-musulman, créé par le Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux et des autorités musulmanes, à la suite de la lettre adressée par 48 personnalités de l'Islam au Pape et à d'autres réalités chrétiennes le 13 décembre dernier. En écho, 138 personnalités musulmanes avaient répondu à la lettre adressée au nom du Saint-Père par le Cardinal Secrétaire d'Etat.
Le thème de la rencontre, à laquelle prenaient part 29 personnes de chaque composante, "Amour de Dieu et amour du prochain", devait être abordé sous l'angle des fondements théologiques et spirituels, et sous celui de la dignité de la personne et du respect mutuel.
(d'après VIS)

Les participants ont été reçus hier 6 novembre, dernier jour du séminaire, par le pape.

Il a prononcé un discours en anglais, disponible sur le site de La Croix , et que j'ai traduit en français: Discours aux représentants musulmans

Andrea Tornielli, sur son blog, commente la rencontre en ces termes: "il s'est agi d'un débat vrai, franc, pas d'un débat de façade, et surtout qui n'a pas caché les problèmes".
Le discours du Pape, en tout cas, est ferme, sans concession au buonisme.
Le Saint-Père ne craint pas de rappeler avec force le Dieu-amour des chrétiens, soulignant les différences fondamentales avec l'islam, et ne cherchant nullement à les escamoter.
La tradition chrétienne proclame que Dieu est amour.
C'est par amour qu'il a créé l'univers entier, et par son amour il devient présent dans l'histoire de l'homme.
L'amour de Dieu est devenu évident, s'est manifesté entièrement et définitivement en Jésus-Christ. Il est ainsi descendu pour rencontrer l'homme et, tout en restant Dieu, il a pris notre nature.
...
Comment pourrions-nous jamais expliquer
le mystère de l'incarnation et du rachat sinon par l'amour?
Un peu plus loin, il dit:
Je suis bien conscient du fait que les musulmans et les chrétiens ont des approches différentes des sujets concernant Dieu.

Surtout, il a un discours très ferme sur la liberté religieuse, contre les violences faites aux croyants (il ne cite pas les chrétiens, mais l'allusion est transparente):
Les chefs politiques et religieux ont le devoir d'assurer l'exercice libre de ces droits dans le plein respect pour chaque individu de la liberté de conscience et de la liberté religieuse. La discrimination et la violence qu'aujourd'hui encore les croyants éprouvent dans le monde entier, et les persécutions souvent violentes auxquelles ils sont soumiss, représentent des actes inacceptables et injustifiables, plus graves et déplorable quand ils sont effectués au nom de Dieu.

Le discours du Pape

Version originale en anglais. Ma traduction

Chers amis,

Je suis heureux de vous recevoir ce matin et je vous salue tous très cordialement.
...
La suite ici: Discours aux représentants musulmans

Prcdent

Papacy and the Vatican on Yahoo

Suivant


On aura noté parmi les musulmans Tariq Ramadan...

Commentaires... sur les commentaires

On peut être perplexe de lire sur le site de La Croix ce commentaire.
---------
Mais en imposant ce sujet [la liberté de religion] sur la table des discussions, [le Pape] a aussi permis aux musulmans de s’exprimer. Car de quelle liberté parle-t-on ? Aussi étonnant que celui puisse paraître à des catholiques obnubilés par l’expansion numérique de l’islam, les musulmans ont montré qu’ils avaient eux aussi peur pour leur propre liberté.

Nous ne pouvons autoriser un prosélytisme agressif dans nos régions, qui va détruire notre foi au nom de la liberté », a répondu au pape Seyyed Hossein Nasr, intellectuel universitaire chiite.
---------

Il faudrait peut-être alors lire aussi le billet sur le blog d'Yves Daoudal, (Catholique en terre d'islam) citant le Pélerin, qui rapporte des évènements dramatiques. Il se conclut ainsi:
---------
Je demande aux responsables chrétiens qui, à Rome, dialoguent avec des dignitaires musulmans, de ne pas tenir des propos tièdes. Le dialogue interreligieux est indispensable, mais il se doit d'être chrétien, solidaire avec les Eglises persécutées. Il faut affirmer haut et fort les valeurs des Eglises d'Orient. Elles sont en dialogue depuis des siècles, mais persécutées depuis l'arrivée de l'islam sur leurs terres. Il les a réduites à l'état de petit reste silencieux et stérile. Ces Eglises ne peuvent accueillir aucun converti ! Que nos amis musulmans d'Occident qui réclament des droits exigent de leurs coreligionnaires, en pays d'islam, les mêmes droits à l'égard des minorités chrétiennes. C'est cette réciprocité, nécessaire pour un franc dialogue, que rappelle souvent Benoît XVI.

Sur le même sujet

A la fameuse lettre des 138 (dont on ne se souvient pas toujours de la genèse), et plus largement aux relations entre catholiques et musulmans, ce site a consacré plusieurs pages qu'il serait peut-être intéressant de relire aujourd'hui, pour résister à la fameuse tentation du "buonisme" que les articles "diplomatiques" issus du VIS n'aident pas forcément à dépasser:

- Deux articles de John Allen: 138 musulmans lancent un appel (http://benoit-et-moi.fr/2007/..01.html ) et Réactions catholiques à la lettre, avec l'analyse du jésuite égyptien et islamologe Samir Khalil Samir (http://benoit-et-moi.fr/2007/..40a.html )
- Une recension de plusieurs billets de Sandro Magister: (http://benoit-et-moi.fr/2008-I/.. )

- et surtout,une tribune libre que m'avait envoyé un visiteur de mon site, qui n'hésitait pas à mettre sérieusement en doute la bonne foi des musulmans.

Il y étudiait méticuleusement la fameuse lettre s'étonnant en particulier de la distorsion, qu'il soupçonnait intentionnelle, entre la version du Coran utilisé pour les citations de la lettre (d'ailleurs souvent tronquées), et les versions standard, selon lui plus conformes à l'esprit du Coran.
..C’est le premier texte, écrivait-il, où des musulmans mêlent Coran et paroles d’Evangile dans un but a priori louable, savoir la paix dans le monde, à laquelle Musulmans et Chrétiens sont invités à concourir. On s’y applique donc à trouver des points de convergence entre l’islam et le christianisme, quitte à tronquer certains versets cités, à en falsifier d’autres (...) et à faire dire à d’autres encore ce qu’ils ne disent pas.


Cette 'tribune' mérite vraiment une seconde vie, aujourd'hui.

Version imprimable

Fin du Synode Les nouveaux soldats de Dieu