Actualités De l'étranger Images Miscellanées Courrier Favoris Index Archives Plan
Accueil De l'étranger

De l'étranger


Elections américaines John Allen L'agenda du Saint-Père Lettre au sénateur Pera Pie XII Voyage en Terre Sainte Dernières entrées

Time Magazine aimerait bien un pape noir

De quoi se mêlent-ils? (21/12/2008)

Si cet article n'avait pas été écrit dans le journal le plus lu au monde, il ne vaudrait certainement pas la peine d'être cité ici, encore moins traduit (partiellement, en fait!).
Mais depuis longtemps (cf John Allen) et surtout depuis l'élection de Barack Obama (Un Pape noir? ), l'éventualité d'un pape noir est un fantasme récurrent de la gauche laïciste mondiale, emmenée par le monde des medias.
Jeff Israeli est supposé être le vaticaniste de référence de Time Magazine, et ne sachant pas quoi écrire en cette fin d'année, il a ressorti ce marronnier.


L'Eglise catholique aura-t'elle jamais un pape noir?
Jeff Israely
Dimanche, 21 décembre 2008
http://www.time.com/time/world/article/0,8599,1866786,00.html

Avant l'élection du Cardinal Joseph Ratzinger, il y avait la "candidature" papale de Francis Arinze.
Le cardinal nigérian avait été crédité comme étant l'homme qui pourrait devenir le premier pape noir, recueillant l'attention des médias pendant la période précédant le conclave de 2005, lorsque Ratzinger devint finalement Benoît XVI.
Au début de ce mois, Arinze, 76 ans, a pris sa retraite de son poste au Vatican, mettant fin à toute possibilité de devenir un jour Pontife.
.....

Qu'il soit clair que le "top job" du Vatican (à vie) est très occupé par Benoît XVI, 81 ans, qui montre tous les signes d'être en bonne santé, et prêt à conduire les catholiques durant la Messe de Minuit pour de nombreux Noël à venir.
Mais la retraite d'Arinze soulève la question de savoir si et quand l'Église catholique sera prête à suivre les États-Unis dans le choix d'un homme ayant des racines en Afrique - ou n'importe où en dehors de Europe - pour conduire son troupeau de plus en plus pluriel.

Les spécialistes du Vatican sont réticents à citer des noms tant que Benoît est fermement aux commandes, mais il y a plusieurs éminents dignitaires religieux susceptible de prendre la place d'Arinze comme papabile africain le plus probable, aux côtés d'autres possibilités mieux connues, d'Amérique latine et d'Asie, qui pourraient un jour devenir le Pape.

Le Collège des Cardinaux - autrefois dominé par les Italiens - est devenu un groupe beaucoup plus diversifié. Pourtant, les Européens continuent à tenir un verrou virtuel sur le nombre global de personnes: exactement la moitié des 116 Cardinaux actuellement électeurs (ceux de moins de 80 ans) sont originaires d'Europe, dont 20 d'Italie. L'Amérique latine dispose de 20 Cardinaux électeurs, les États-Unis et le Canada d'un total de 16. L'Asie en a 11 et l'Afrique 9.
Tout Cardinal (tout baptisé catholique de sexe masculin, en théorie) peut émerger d'un conclave en tant que Pape.

.......
[et de citer des "candidats prometteurs", dont le nom importe peu ici, tout en convenant, preuves du passé à l'appui, que la tâche de désigner un "concurrent" possible n'est pas aisée, surtout quand le Pape régnant est Dieu merci, en parfaite santé]



Le catholicisme est en expansion dans la majeure partie du monde en développement, avec le plus haut taux de croissance en Afrique, aujourd'hui source de plus en plus de prêtres envoyés en Europe et dans les pays d'Amérique du Nord face à la pénurie du clergé.
Les catholiques d'Amérique latine, qui avait de grands espoirs en 2005 que l'un des Cardinaux se glisserait dans les patoufles de Jean-Paul II, se battent pour garder leurs fidèles, qui se sont déplacés massivement vers les églises protestantes évangéliques au cours des deux dernières décennies.

L'actuel pape allemand a concentré une grande partie de son attention sur les efforts visant à revigorer le catholicisme traditionnel en Europe, siège historique de l'Eglise. Après des voyages en Allemagne, en Espagne et en France, ainsi qu'aux États-Unis et au Brésil , Benoît doit faire sa première visite en Afrique en Mars, avec des étapes au Cameroun et en Angola.

Mon amie Teresa, sur le Papa Ratzinger Forum, écrit le commentaire approprié, que je partage entièrement, et que je m'efforce de traduire ici:
(billet du 21/12)
-----------------

Répétez après nous, journalistes de Time Magazine, et tous les journalistes laïques:
"L'église n'est pas une multi-nationale .
C'est une institution unique, fondée par Jésus-Christ, Fils de Dieu.
ARRETEZ d'en parler comme si c'était une entreprise lambda et le Pape un quelconque PDG".



Je renvoie tout ce beau monde au commentaire de Vittorio Messori, déjà cité, et qui me paraît réaliste:

En somme, il faut en finir avec les légendes tiers-mondistes, c'est de la démagogie. Qu'est-ce qu'a apporté l'Afrique à l'Église, si elle n'est toujours pas capable d'être misionnaire d'elle-même? Et en Asie les chrétiens, surtout les Catholiques, sont une rareté.
J'insiste : le destin de la foi se décide en Europe.
"L'Avant-garde", 2005

Version imprimable

Les enfants et le Pape qui explique la foi Lécologisme de Ratzinger, hymne à Humanae Vitae