Vous Ítes ici: Articles  

JMJ: UNE PÉPITE, DANS LE QUOTIDIEN SUD-OUEST
 

C'est mon amie Anne qui me la signale. Décidément, aujourd'hui, tout un réseau d'amies formidables dit merci au Saint-Père, et je m'en réjouis! (25/8/2011)
-----------------
Anne m'écrit:
Je vous joins une pépite trouvée dans le dernier paragraphe d'un article de Sud-Ouest d'aujourd'hui. C'est moi qui souligne en gras.
Une de nos filles était aux JMJ.


Texte sur le site du journal: http://www.sudouest.fr/




 



 

Il faut arriver à les suivre, les frangines. Quand Mélanie Fougère, 20 printemps, prend la parole, sa sœur Sixtine, 18 ans, la lui coupe. Et inversement. Parfois, elles commencent en chœur la même phrase, et souvent l'une termine la narration de l'histoire que l'autre avait commencée. Elles faisaient partie du groupe de jeunes Périgourdins, environ 200 personnes, qui s'est rendu à Madrid pour les Journées mondiales de la jeunesse.

Mélanie et Sixtine ont été élevées dans une famille catholique pratiquante. « On est des cathos Obélix, on est tombées dedans quand on était petites ! » plaisante Sixtine. Depuis leur enfance, elles vont à la messe tous les dimanches. Un peu moins régulièrement maintenant qu'elles sont étudiantes à Bordeaux, Mélanie en biologie et Sixtine en droit.

« Bouteille de spiritualité »
Elles avouent qu'il est parfois « difficile de vivre sa foi en tant que jeune ». Mélanie a même connu une période de doute, à l'adolescence : « J'avais l'impression que Dieu était loin. » Et puis les filles sont parties dans des camps avec d'autres jeunes pratiquants, comme elles. « Là je me suis rendu compte qu'en fait, j'avais juste besoin de remplir ma bouteille de spiritualité, raconte Mélanie. Les jeunes animaient la messe avec de la musique, on chantait. » Sixtine continue : « C'était surtout important de voir que d'autres jeunes croient. »

Ces camps les ont amenées aux quatre coins de l'Europe : Autriche, Pologne… Alors pour ces baroudeuses en herbe, impossible de faire l'impasse sur ces JMJ espagnoles. Les deux jeunes filles sont intarissables sur les moments inoubliables passés dans leur famille d'accueil à Madrid ou au diocèse de Cordoue où leur périple a débuté. Et sur la diversité des personnes qu'elles ont rencontrées : Argentins, Lituaniens, Américains… avec qui elles ont échangé des bracelets, comme cela se fait traditionnellement dans ce rassemblement.

Le moment fort de leur escapade : quand elles ont vu le Pape Benoît XVI. « On arrivait à un croisement et des policiers nous ont dit qu'on ne pouvait pas passer, car la papamobile arrivait ! Du coup on est restées à l'attendre », expliquent-elles. Une intense émotion. « J'ai pleuré pendant un quart d'heure. J'avais une entorse, et à partir du moment ou je l'ai vu, je n'ai plus eu mal. Pour moi c'est un miracle. » Et quand on leur demande si elles seront présentes aux prochaines JMJ à Rio en 2013, la réponse ne se fait pas attendre : « On fera tout pour ! »




JMJ: JL Restàn (1) | JMJ: souvenirs