Actualités Images La voix du Pape Livres Visiteurs Index Autres sites Qui je suis Recherche
Page d'accueil Actualités

Actualités


"Ferragosto" avec BenoÓt XVI à Castelgandolfo Vacances aux Combes Dernières entrées 2009, année sacerdotale L'Encyclique sociale Obama et l'Eglise 28 avril: L'Aquila Père Scalese Quatre ans de Pontificat

Obama chez le Pape (III)

Communiqué du Saint-Siège, et langue de coton hyper-diplomatique du Père Lombardi, interviewé sur Radio Vatican en italien (11/7/2009)


Il faut lire en particulier le dernier paragraphe de son interviewe: que veut-il dire, au juste? Et l'obscurité du propos traduit-elle de l'embarras, ou simplement de la prudence?

Petite remarque en plus: parmi les questions abordées, on notera qu'il n'est pas question de "l'environnement".
Pourquoi en parler, alors? Eh bien, durant tout le reportage de la RAI, aux côtés du vaticaniste familier, Fabio Zavattero, il y avait un autre commentateur, visiblement en admiration devant le président, et qui a évoqué à plusieurs reprises les convergences de vue avec le Saint-Siège sur ce sujet (par ailleurs plutôt éludé par l'encyclique).
Il me semble qu'il fallait être un peu naïf pour imaginer que le Saint-Père allait endosser l'habit taillé par les médias du "Pape vert"... devant Obama, précisément, dont il n'est pas si certain que ça que ce pieux "combat" l'intéresse...
-----------------

Communiqué de la salle de presse

http://www.radiovaticana.org/fr1/...
À la suite de la visite du président des États-Unis et de l’audience que lui a accordée Benoît XVI, le Bureau de presse du Saint-Siège a publié le communiqué suivant :

Dans l’après-midi du vendredi 10 juillet 2009, Sa Sainteté Benoît XVI a reçu en audience le président des États-Unis d’Amérique, M. Barack Obama. Auparavant, le président avait rencontré le cardinal-secrétaire d’État Tarcisio Bertone et Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les États.

Au cours de leurs entretiens qui ont été cordiaux, ils se sont arrêtés avant tout sur des questions d’intérêt général qui constituent le grand défi pour chaque nation et pour le vrai progrès des peuples, telles que la défense et la promotion de la vie et le droit à l’objection de conscience.

Ils ont également abordé le thème de l’immigration, en portant notamment leur attention sur le regroupement familial.

Des thèmes de politique internationale étaient également au centre de leur rencontre, à la lumière des résultats du sommet du G8. Ils se sont arrêtés sur les perspectives de paix au Moyen-Orient, sur lesquelles ils ont pu partager leur points d’accord, ainsi que sur la situation d’autres régions du monde. Ils ont également passé en revue certains thèmes d’une grande actualité comme le dialogue entre culture et religion, la crise économique et financière au niveau mondial et ses implications éthiques, la sécurité alimentaire, l’aide au développement de l’Afrique et de l’Amérique latine notamment, et le problème du trafic de drogue. Enfin, ils ont souligné l’importance de l’éducation à la tolérance dans tous les pays.

Interviewe du Père Lombardi (en italien)

http://www.oecumene.radiovaticana.org/it1/...
(traduction)

Sur le climat et les contenus de cette rencontre attendue entre Benoît XVI et le président américain, Barack Obama, Alessandro Gisotti a recueilli le commentaire du père Federico Lombardi :
------------------

R. - On a respiré un climat de cordialité, la satisfaction des deux interlocuteurs de pouvoir se connaître personnellement, donc d'avoir pu se rencontrer, avec une possibilité de dialogue, d'expression et d'écoute réciproque. C'est toujours un pas en avant dans les relations entre les personnes et, dans ce cas, entre personnes qui ont une grande autorité et une grande importance dans le chemin de l'humanité.
Q. - Les cadeaux, dans ces occasions, disent beaucoup ; le Pape a offert à Obama l'Encyclique Caritas in veritate et le document Dignitas personae
R. - Certainement. L'Encyclique invite à repenser le projet culturel de vrai développement de l'humanité et donc le Pape a donné sa contribution. En même temps, comme nous savons, dans l'Amérique d'aujourd'hui il y a un grand débat sur les valeurs fondamentales de la protectiion de la vie et dans cette perspective, l'Église et la politique du président Obama montrent des différences assez significatives. Le fait que le Pape ait offert le document Dignitas personae - qui est une des expressions récentes les plus complètes et approfondies de la perspective catholique sur l'éthique de la vie - est très significatif. Le Pape a fait des propositions au président Obama, de manière très claire et loyale, obtenant un accueil respectueux, même si ensuite il faudra voir et évaluer comme ces exigences seront respectées.

Q. - Le président a pris un engagement pour la défense de la vie…
R. - Oui, il a réaffirmé ce qui avait déjà dit : qu'il a l'intention, avec l'engagement du gouvernement, de réduire le plus possible le nombre des avortement. C'est un engagement appéciable. Ce n'est pas tout, du point de vue de la morale de l'Église, cependant certainement - étant donnée la réalité de la gravité de l'avortement - c'est indubitablement un engagement positif qu'il a voulu lui-même réaffirmer devant le Saint Père, lequel lui manifestait les préoccupations de l'Église pour la vie humaine.

Q. - Quel bilan peut-on faire d'un évènement aussi important ?
R. - Un bilan certainement positif. C'est ce que nous pouvions attendre et espérer, c'est-à-dire montrer la possibilité, la capacité d'entamer un dialogue responsable sur les grands problèmes de l'humanité d'aujourd'hui et de demain, et le président Obama a montré pouvoir offrir une créativité et une personnalité capable de susciter des espoirs et d'attirer le consensus pour la recherche de nouvelles solutions, par rapport aux grands problèmes que nous avons devant nous.

0bama chez le Pape La gratuité, dans l'Encyclique