Vous Ítes ici: Articles  

SOCIOLOGIE DES JMJ
 

Plus de cinquante mille Français aux Journées Mondiales de la Jeunesse
L'OR se fait l'écho des enquêtes de La Vie, et de La Croix. Mais pourquoi mettre l'accent sur les milieux aisés dont ces jeunes seraient issus, comme si c'était une tare? (8/8/2011)




 



 

(Texte en italien: Raffaella. Ma traduction)
Vers Madrid avec la puissance de la foi
-------------------
L'hebdomadaire "La Vie" l'a surnommé Génération cathoplus, pour la forte proximité aux positions sociales et morales de l'Eglise, pour la fierté de la foi, faite surtout de spiritualité et de solidarité: les quelques cinquante mille Français qui s'apprêtent à envahir de Madrid pour la vingt-sixième édition des Journées Mondiales de la Jeunesse représentent, après les italiens, la deuxième délégation étrangère pour le nombre des inscrits.
Ils étaient 60 000 en 2005 à Cologne, et 6000 à Sydney, il y a trois ans. La plupart d'entre eux partiront avec leur diocèse, le reste avec la communauté ou le mouvement ecclésial d'appartenance.
Mais de quoi est composée cette génération, de 16 à 30 ans, qui a répondu «oui» à l'invitation de Benoît XVI?
Un profil a été établi jeudi dernier lors d'une conférence de presse à Paris en présence, entre autres, de Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France, et de Soeur Nathalie Becquart, directrice adjointe du Service national pour l'évangélisation des jeunes et responsable de la communication de la délégation française aux JMJ.
Pour appuyer l'analyse, deux enquêtes récentes ont été menées par "La Vie" et le journal "La Croix".
Ce qui frappe avant tout, c'est l'âge moyen des pèlerins: vingt ans (77% d'entre eux ont en effet moins de 24 ans). 55% est constitué d'étudiants, 30% de lycéens. Les filles représentent 56% des inscrits. Soeur Nathalie Becquart n'a pas caché que la plupart des jeunes qui seront à Madrid font partie de familles économiquement aisées et que le facteur financier est encore un obstacle pour la participation de certains, malgré les nombreuses initiatives entreprises par les groupes diocésains pour faire baisser les dépenses individuelles. Le trait commun est ces 75% qui vivront pour la première fois cette rencontre internationale aux côtés du Pape, confirmant la dimension "initiatique" de l'événement, mais aussi une capacité renouvelée des jeunes de répondre à un appel de l'Église, comme l'a souligné Mgr Benoît Rivière, Président du Conseil pour la Pastorale des enfants et des jeunes

Une génération "spirituelle et solidaire", ouverte à un monde pluraliste, avec un "quelque chose en plus", reconnaît "La Croix", qui fournit deux données importantes à ce sujet: 88% de ces jeunes se rendent à la messe une fois par mois, 60% chaque semaine (chiffres nettement au-dessus du niveau de la pratique nationale); en outre, la moitié d'entre eux est également impliquée dans des initiatives de solidarité, laquelle représente pour la grande majorité, la première des valeurs dans la société contemporaine. Certains, pendant un an, se sont mis au service de l'organisation des JMJ, tandis que d'autres ont orgnisé des collectes, des ventes de nourriture, des spectacles de théâtre, afin que l'argent ne soit un obstacle pour aucun des participants ("Secours Catholique" a aidé de nombreux enfants défavorisés, en particulier à Marseille et Toulon).

Ce sont des jeunes qui sont à la recherche d'épanouissement personnel, plutôt que de la richesse, et qui ne cachent pas leur inquiétude quand ils parlent de l'avenir, vécu dans une société "bloquée", toujours aux prises avec une grave crise économique. Mais ils n'ont pas perdu la foi et l'espoir et c'est avec cela qu'ils ont fait leurs valises pour Madrid.

Du 11 au 15 août, la veille des JMJ, quelques trois cent mille pèlerins participeront à la "journée" organisée par 61 diocèses espagnols: l'objectif est d'accueillir des jeunes en route vers la capitale, leur permettant de vivre une vraie rencontre inter-culturelle et de partager la vie quotidienne de familles espagnoles. Parmi les diocèses hôtes, il y aura également le diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, contigu à l'Espagne et, qui s'étend dans le Pays Basque jusqu'à Pau. Là arriveront en ces jours, 1200 jeunes, d'Italie, Lituanie, Liban, Corée du Sud, Egypte, Thaïlande. Le 12 est prévu pour eux un pèlerinage à Lourdes.
Environ 4500 jeunes Parisiens iront à Madrid pour les JMJ, ils seront accompagnés par le cardinal archevêque André Vingt-Trois et quatre évêques auxiliaires. Pour certains groupes, le départ est déjà programmé pour le 8 août; destination Barcelone, où le diocèse catalan leur ouvrira ses portes pendant quelques jours d'échanges culturels et spirituels intenses. Le 15, en la solennité de l'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, le cardinal Vingt-Trois célébrera une messe à l'intérieur de la Sagrada Familia, au terme de laquelle il proposera aux jeunes présents une réflexion sur la famille.

(Giovanni Zavatta) (© L'Osservatore Romano, le 7 août 2011)




Note

L'Osservatore Romano cite les enquêtes de la Croix et de la Vie (en "zappant" les sujets qui fâchent!).

Pour La Croix (qui a aussi ressorti pour l'occasion un sondage de 2010, interrogeant les jeunes européens sur leur rapport à la religion, dont il ressort que pour 66% des jeunes français, toutes les religions se valent, et que seulement 11% d'entre eux considèrent comme une priorité de l'Eglise de faire connaître le message du Christ!), Giovanni Zapatta se réfère à cet article: fruit d'une enquête réalisée avec la collaboration de l'Eglise de France.

Quant au sondage de La Vie, nous en avons déjà parlé ici: La génération cathoplus.
Jean-Pierre Denis relevait, à propos des jeunes français qui participeront aux JMJ: "... leur foi se révèle très ouverte. Là encore, un seul chiffre : seuls 9 % d’entre eux professent qu’« il n’y a qu’une seule vraie religion »" (en réalité, c'est à nuancer, voir ci-dessous).
La question autour de l'image de Benoît XVI, et surtout, l'"hypothèse" formulée (décidément, on ne sortira jamais de la comparaison idiote avec JP II!) est franchement superflue. La question précédente disait quand même que 27% des jeunes interrogés venaient aux JMJ "pour voir le Pape". Pas si mal!

On peut télécharger le sondage en totalité ici: http://www.lavie.fr/..




 



 



 

Malheureusement, on n'échappe pas au pénible côté "lutte des classes" (dont l'OR se fait l'écho), à travers la "leçon n°5" de JP Denis:
--------------
Bienheureux… les riches en argent ou en capital social. Les « cathoplus » sont aussi, par leurs études et leur appartenance sociale, très « France d’en haut » ou « CSP + ». Il n’y a pas beaucoup de demandeurs d’emploi ou de jeunes au travail parmi eux. Leurs pères sont cadres sup ou exercent une profession libérale. Leurs mères sont enseignantes ou femme au foyer. Constat ici sans appel : le catholicisme populaire s’étiole (ndlr: A qui la faute?). L’Église s’embourgeoise à grande vitesse. Comment inventer d’autres lieux, d’autres gestes, d’autres propositions qui atteignent la cible plus large des chercheurs de sens et ce dans tous les milieux sociaux ? Au-delà des JMJ, toucher la multitude reste l’enjeu principal de l’évangélisation.

Poser cette équation catho = nanti (Une analyse identique avait été faite dans la Croix, à l'issue de la visite de Benoît XVI en France, en 2008: une journaliste déplorait que la messe du Pape, sur l'Esplanade des Invalides, ait essentiellement attiré "les quartiers ouest de Paris", et que l'Eglise échoue à évangéliser les pauvres) peut se révéler dévastateur, dans le contexte d'une Espagne durement secouée par la crise économique, et surtout, depuis 5 mois, par les agitations des "indignés" (au fait: n'y a-t-il pas de "fils à papa" parmi eux?): quelle meilleure façon d'opposer les jeunes prétendument "laissés pour compte" à leurs congénères "nantis"?
Mais évidemment, les choses ne sont pas aussi simples.
Comme en témoigne cette réaction d'internaute, sur le site de La Vie, que je trouve formidable, et que je me permets de reproduire:




 

Je suis jeune, catholique et je vais au jmj. Je ne me considère pas pour autant comme un vieux nanti.. Certes mon père est en profession libérale et je débourse avec l'aide de mes parents 450 euros pour deux semaines à madrid. quelle honte! 450 euros pour prier pour les pauvres au lieu de leur envoyer directement un chèque?! Quelle honte. Mais voyez vous, les participants des pays riches payent plus que les participants des pays pauvres. Ainsi les participants bourg' nantis friqués névrosés par l'argent comme vous le laissez prétendre participent au financement des billets jmj pour les plus pauvres. Pour qui vous prenez vous pour faire de telle généralité? avec l'argent des jmj, j'aurais pu comme pleins de mes potes partir à la mer et dilapider ce pécule en sorties et en bière. finalement non. j'ai choisi de partir au jmj. Et voila maintenant je suis un légionnaire du pape? un nanti? un joyeux fétard trop mignon? Ai je le droit d'avoir besoin de me ressourcer, de raviver ma foi pour m'engager, ai je le droit de partager ma foi avec des jeunes du monde entier sans être regardé de façon dégradante ? OUI L'Eglise a besoin de diversité. Mais dois je en tant que jeune catholique "nanti" me sentir coupable du manque de diversité dans l'Eglise de France? je viens d'une zone rurale où la transmission de la foi est difficile ( en dehors des milieux traditionnels ), la foi s'essoufle. Je souhaite vraiment aider toutes ces personnes à découvrir le Christ, mais j'ai besoin pour cela d'avoir une foi solide et vivre sa foi dans un monde sans ferveur ce n'est pas facile. Raison pour laquelle j'ai besoin de me ressourcer, de vivre ma foi, de l'exprimer, de la chanter! Oui l'Eglise à besoin de la JOC, Du scoutisme, des MEJ, des MRJC... Mais qui seront les managers, qui seront les fourmis travailleuses permettant la nouvelle évangélisation de tous les milieux sociaux, de tous les âges? Des jeunes qui sont "fondés et enracinés en Christ, affermis dans la foi". Enfin oui je sais m'indigner! oui j'ai un coeur! oui je suis convaincu de l'importance de l'écologie! oui je m'indigne des errements de la société! et oui je m'engage: je viens de passer mon mois de juillet à etre bénévole. Juste donner un peu de son temps. juste redire une nouvelle fois: "Seigneur Jésus, apprenez nous à être généreux, à vous servir comme vous le mériter, à donner sans compter, à combattre sans soucis des blessures, à travailler sans chercher le repos, à nous dépenser sans attendre d'autres récompenses que celle de savoir que nous faisons votre sainte volonté" (saint Ignace de Loyola) J'ai 19 ans, et je veux vivre pleinement, grâce à mes engagements, nourris et mûris dans ma foi. Et j'ai besoin de nourrir ma foi par des rencontres et des évènements qui me redonne vie et vigueur! Alors cessez de critiquer, de ronchonner, et ayez confiance!!!




Une étoile brille à Madrid | Verbum Domini