Vous Ítes ici: Articles  

DES LUTHÉRIENS QUI FONT LEUR RETOUR À ROME
 

Sur le site espagnol infocatolica, une passionnante interviewe du Métropolite (américain) de l'Église Catholique Anglo-Luthérienne - 11000 personnes- présente aux Etats-Unis, en Allemagne, au Canada et en Afrique subsaharienne. Qui s'ouvre sur une note d'espoir: celui que "la prière du Christ à Gethsémani pour que tous ses disciples soient un, devienne de nouveau une réalité, en une seule Église sous l’autorité du Christ et de son Vicaire sur cette Terre, le Successeur de Saint Pierre" .Traduction par Carlota (26/7/2011)
-------------




 
 

Il y a deux semaines, le même site Infocatolica (et le même journaliste) nous faisait découvrir Tolowa Nona, évêque de la Communauté Anglicane Traditionnelle du Détroit de Torrès (cf. Entretien avec un anglican de la communauté tradi). Un tout petit troupeau de 800 âmes, qui voulait lui aussi saisir l'opportunité de la Constitution apostolique Anglicanorum Coetibus pour revenir dans la communion avec Rome et son Pasteur, Benoît XVI.




Carlota

Aujourd’hui beaucoup de catholiques (ou qui se disent catholiques, brebis mais aussi parfois bergers et chefs des bergers) voudraient se fabriquer une « église » à leur convenance, une « église dans l’air du temps » ou une Eglise parmi bien d’autres croyances et convictions.
Pour certains, il s’agit d’une révolte en vue d’un pouvoir personnel illusoire temporaire, pour d’autres la conséquences d’une absence de résistance au consumérisme dans tous les domaines de l’activité humaine, le manque de volonté d’affirmer son respect de la Foi en se laissant aller à ne rien dire sur bien des erreurs, faute de vraiment les soutenir. Ce sont en tout cas des mauvaises habitudes prises depuis plusieurs décennies qui frisent parfois le schisme et l’hérésie, sans que les intéressés n’en semblent toujours conscients. Ces « envies d’indépendance » occidentales de mauvais aloi peuvent aussi influencer des catholiques soumis à une oppression étatique comme c’est le cas actuellement en Chine.

Or le mouvement inverse peut se rencontrer dans des « églises » qui ont prôné toutes les autonomies, des différences doctrinales variées, et les attaques de facto contre Rome depuis plusieurs siècles.
Le texte traduit ci-dessous nous montre la complexité du monde anglican et protestant au sens large, un monde qui peut nous être complètement incompréhensible à nous catholiques qui avons la chance d’être sous l’autorité bienveillante mais heureusement unique du Vicaire du Christ. Il émane du journaliste Bruno Moreno (original http://infocatolica.com/ ) qui s’est entretenu avec le Métropolite (*) de l’Église Catholique Anglo-Luthérienne .

-------------
(*) Bien entendu ce termes estt à prendre dans le sens de cette église luthérienne et non pas dans celui habituellement connu dans l’Église Catholique, il en est de même pour d’autres mots à suivre




 

La Réforme fut une « tragique erreur aux proportions épiques qui ne devait jamais arriver »
-------------
L’Archevêque (*) A. Gladfelter préside une des confessions chrétiennes qui demandent à revenir au catholicisme dans les ordinariats créés par Benoît XVI. L’église catholique anglo-luthérienne est l’unique avec des racines luthériennes (Ndt: Les autres ayant fait la démarche étaient passées du catholicisme à l’anglicanisme à l’époque d’Henri VIII) et pourrait signifier le premier pas vers un retour au bercail catholique des héritiers de Luther.
Dans un long entretien accordé à InfoCatólica, cet archevêque qui n’est pas encore catholique mais coopérateur de l’Opus Dei, parle de sa joie de revenir à l’Église Catholique, de l’importance d’une foi unique et de son engagement à annuler la Réforme protestante.

(Bruno Moreno/InfoCatólica)Révérend Irl A. Gladfelter, Métropolite de l'Église Catholique Anglo-Luthérienne (ALCC), vous êtes biologiste, docteur en chirurgie dentaire, lieutenant-colonel en retraite de l’armée de terre des États-Unis, docteur en théologie et le Métropolite de l’ALCC. Comment avez-eu le temps de faire tant de choses?

Cela n’a pas été un problème. Je ne suis devenu prêtre (ndt bien sûr pour nous pasteur de l’ALCC) qu’après avoir pris ma retraite de l’armée des EU où j’exerçais comme dentiste.

– Quand a été fondée l’ALCC? Pourquoi la combinaison d’anglicanisme et de luthéranisme?

L’ALCC a été formée en 1997 par des anciens membres de l’Église Luthérienne – Synode du Missouri – États-Unis (LCMS), lesquels, étant des luthériens orientés vers le catholicisme, les “Évangéliques catholiques” (aussi connus comme de la “Haute Église”) ne pouvaient accepter l’orientation chaque fois plus protestante de la LCMS , son acceptation croissante de la théologie évangélique fondamentaliste (ndt: voir ici), et de services évangéliques non liturgiques. Nos fondateurs avaient aussi émis des doutes sur la théologie sacramentelle de la LCMS, sa politique congrégationnelle, ses idées sur la nature et l’exercice de l’autorité à l’intérieur de l’Église et sur compréhension des Ordres Sacrés (« L’office du ministère public », selon le langage qu’ils utilisent).
Initialement, la ALCC a adopté les postures de l’aile « anglo-catholique » de l’anglicanisme (ou anglicanisme de la «Haute-Église »). Au fil du temps même si nous respections les relations qui s’étaient instaurées avec l’anglicanisme de la « Haute-Église », l’ALCC a rencontré des problèmes avec l’anglicanisme, incluant son rejet de la primauté papale, de l’infaillibilité papale, de l’infaillibilité du Magistère Sacré et des Conciles postérieurs aux quatre premiers Conciles Oecuméniques, en plus de sa tolérance par rapport à quelques degrés de théologie eucharistique de type protestant, qui peuvent se retrouver dans la Prière Eucharistique du Livre de Prière Commune, entre autres problèmes. Finalement la ALCC est arrivée à reconnaître la vérité absolue de la foi catholique et s’est rendu compte qu’elle avait une obligation de conscience à retourner vers Rome.
On a décrit récemment l’Église Catholique Anglo-Luthérienne comme « totalement romanisée » et comme une Église qui « enseigne une doctrine catholique solide, en utilisant un vocabulaire luthérien et anglican, corrigeant ce dernier avec le premier ». Ces deux commentaires sont bien choisis et précis. Dans son essence, la ALCC s’est « romanisée » totalement en acceptant avec enthousiasme la vérité objective de tous les aspects de la foi catholique.

– La déclaration conjointe catholique et luthérienne sur la justification (1997) a été importante pour vous?

Oui. Pour la ALCC, la Déclaration conjointe catholique et luthérienne sur la doctrine de la Justification a décidé une fois pour toutes sur l’affaire fondamentale de la phase de Wittenberg (luthérienne) de la Réforme. Une fois que cette affaire a été résolue, la ALCC s’est rendu compte qu’elle avait « l’obligation de conscience » d’entrer dans l’Église Catholique, en indiquant le chemin pour que d’autres juridictions ecclésiastiques luthériennes (ndt d’autres Églises luthériennes) puissent la suivre.

– Combien de membres et de paroisses a approximativement la ALCC? Est-elle seulement présente aux États-Unis ou dans d’autres pays?

Le nombre total de membres de la ALCC est d’environ 11 000 personnes aux États-Unis, Canada, Allemagne, Soudan et le bientôt indépendant Soudan du Sud. Le plus grand nombre correspond aux Africains sub-sahariens, la majorité d’entre eux sont du Soudan du Sud.

– D’où vient la majorité de ses membres? Avant de faire partie de la ALCC, étaient-ils luthériens, anglicans, catholiques ou non croyants?

La majorité de nos membres non africains qui sont entrés dans la ALCC venaient d’autres Églises luthériennes, mais nos membres, tant en Afrique subsaharienne qu’aux Etats-Unis et au Canada, sont d’anciens anglicans.

– Dans la Communion Anglicane, il y a quelques congrégations religieuses anglo-catholiques. Avez-vous aussi des religieux dans la ALCC ?

Oui, nous avons une Prélature Personnelle, l’Ordre de Saint Ambroise (OSA) et une Société Sacerdotale des Serviteurs du Bon Pasteur. La Règle et la spiritualité des deux ressemblent beaucoup à celles de l’Opus Dei. Le Vicaire Général de la ALCC et moi, nous sommes avec un grand enthousiasme, coopérateurs de l’Opus Dei. Quelques uns de nos évêques sont membres de la Confraternité de Saint Pierre, dirigée par la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre (FSSP), une société catholique.

Allez-vous faire partie de l’ordinariat des États-Unis quand il sera créé à la fin de cette année?

Oui, parce que c’est ce que nous a dit la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, mais le dernier mot c’est la Congrégation elle-même qui l’aura. Nous travaillons avec eux depuis 2009. Du point de vue de la ALCC, il s’agit d’un problème d’obéissance à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF). Dans notre demande à Rome pour entrer dans l’Église Catholique (avant la promulgation de l’ Anglicanorum Coetibus) nous n’avons pas mentionné un ordinariat puisque la Constitution Apostolique n’avait pas été encore publiée. Du fait des conseils de notre avocat catholique de Droit Canonique, la ALCC n’a demandé que d’entrer comme « Société Sacerdotale », ou dans une forme qui conviendrait au Saint Père. Notre demande se terminait ainsi: « Le fils prodigue est revenu et est à la porte. Saint Père, s’il vous plait, laissez-nous entrer ». La ALCC n’a jamais demandé plus que cela. Elle est à la porte et elle demande qu’on la laisse revenir à la maison.
Cependant, lorsqu'à l'automne 2010, nous avons reçu une lettre de notification du secrétaire de la CDF nous proposant d'entrer dans l'Eglise catholique à travers les dispositions d'Anglicanorum Coetibus, par obéissance aux désirs du Saint Père et de la CDF, la ALCC a accepté immédiatement ces instructions par écrit. Ainsi donc, la ALCC attend patiemment et prie le Seigneur et sa Bienheureuse Mère, Marie, qu’on nous permette de revenir à la maison, à l’Église Catholique, soit par l’intermédiaire d'Anglicanorum Coetibus soit par un autre moyen.

– Tous les membres de la ALCC deviendront catholiques ou quelques uns ont décidé d’attendre ou de passer à d’autres groupes anglicans ou luthériens?

Tous les membres de la ALCC deviendront catholiques. À la différence d’autres Églises Anglicanes, la ALCC n’a pas de « postures inamovibles ». La ALCC n’est absolument pas intéressée par « la préservation d’un patrimoine ». Au contraire il s’agit d’une Église profondément « romanisée » qui travaille de toutes ses forces pour « défaire » la Réforme, parce qu’elle considère qu’il s’agit d’une tragique erreur aux proportions épiques, qui ne devait jamais arriver et essaie de restaurer l’unité de l’Église selon les critères de l’Église Catholique. La ALCC ne demande pas de pouvoir conserver un « patrimoine luthérien ». À la différence du patrimoine anglican, le patrimoine luthérien est essentiellement théologique et en ayant pleinement compris les hérésies du luthérianisme et en ayant accepté la foi catholique, la seule chose que la ALCC demande et pour laquelle elle prie, c’est qu’on lui permette de « revenir à la maison » et d’entrer dans l’Église Catholique, comme des fils prodigues repentis. La seule chose que nous voulons c’est nous dissoudre dans l’Église Catholique, comme des catholiques normaux.
Cela fait un certain temps que la ALCC mène la politique de ne pas admettre des membres ni d'accepter de clergé qui ne s’engagent pas pleinement avec la cause de l’unité de l’Église du Christ, en soignant les blessures qu’ont infligées à cette unité l’orgueil humain et les hérésies des responsables de la Réforme protestante. Tous les membres de la ALCC doivent s’engager pleinement pour se défaire de la Réforme.
Tous le clergé de la ALCC depuis le Métropolite jusqu’au dernier des diacres permanents, doivent signer une version adapté du Mandat de la Conférence Épiscopale des États-Unis dans laquelle il est établi « qu’ils s’engagent à enseigner la doctrine catholique et à ne prêcher, enseigner ni publier la moindre chose qui entre en conflit avec le magistère catholique ». Cet engagement est contrôlé et il se remplit strictement. Il est déjà arrivé qu’un prêtre (*) soit destitué de sa charge, lui donnant le choix entre sa démission ou l’excommunication, pour ne pas avoir rempli le Mandat de la ALCC.

– Est-ce que cela va être un problème pour les membres de la ALCC la nécessité d’accepter le Catéchisme de l’Église Catholique comme l’expression de la norme de la Foi pour les ordinariats? Quels textes utilisez-vous actuellement pour catéchiser les enfants et les adultes ?

Pas du tout. Cela fait des années que la ALCC a accepté officiellement le Catéchisme de l’Église Catholique comme notre expression complète de la foi chrétienne. Nous catéchisons des enfants et des adultes en utilisant uniquement le Catéchisme de l’Église Catholique et le Résumé du Catéchisme de l’Église Catholique

le catéchisme de la Conférence Épiscopale Nord-américaine, Foi pour le futur; un nouveau catéchisme illustré, publié par Liguorio Presse, le Résumé de la Doctrine Sociale de l’Église de la Conférence Épiscopale nord-américaine et d’autres textes catholiques. Pour la catéchèse générale et l’étude, la ALCC utilise la Bible de Navarre, publiée par Scepter Press, la Nouvelle Bible Américaine, et la Bible Catholique d’Étude d’Ignatius Press. La ALCC ne permet l’usage d’aucun catéchisme luthérien ni d’autres catéchismes protestants.

– Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées jusque là ?

Toute organisation nouvelle a une « crise de croissance » et la ALCC n’est pas une exception. Il y a toujours de la place pour améliorer et donner des formes de développer à nos apostolats de façon plus efficace. Cependant tout va bien, en tenant en compte le fait que la ALCC a été fondée en 1997. La plus grande préoccupation de la ALCC consiste à atteindre son objectif de devenir la première juridiction ecclésiastique luthérienne qui revient à l’Église Catholique comme groupe unifié depuis la fin de la Contre-Réforme.

– Una fois entrés dans un ordinariat, vous et les autres évêques et prêtres (*) de la ALCC vous devrez être ordonnés comme diacres et prêtres catholiques. Est-ce une chose difficile à accepter ?

Non, pas du tout. Nous nous rejouissons de cela parce que cela éliminera la possibilité d’une quelconque confusion entre les fidèles catholiques sur la validité de notre ordination et de nos sacrements.

– A-t-il toujours existé un secteur « catholique » parmi les luthériens ?

Oui. On leur a donné de nombreux noms: Gneiso-luthériens (luthériens originaux), Vieux luthériens, Luthériens romanisés, et ces derniers temps, “Catholiques Évangéliques ». La ALCC est simplement le côté le plus catholique de cette tradition.

– Y-a-t-il d’autres luthériens qui sont relativement près de l’Église Catholique ?

En Suède, il existe le mouvement Arbetsgemenskapen Kyrklig Förnyelse (L’Union Ecclésiale Suédoise) et d’autres sociétés plus petites. Il y a des communauté monastiques comme le Monastère d’Östanbäck (un monastère bénédictin), le couvent d’Alsike et la Congrégation de Saint François, la fondation de Saint Laurent, la Fondation de Saint Ansgar, la Coalition Ecclésiale pour la Bible et la Confession, ainsi que la Förbundet För Kristen Enhet, qui, de même que la ALCC, travaille pour obtenir l’union visible et comme groupe avec l’Église Catholique
En Alemagne, il existe la St. Jakobus- Bruderschaft, avec laquelle reste en contact la ALCC, la Arbeitsgemeinschaft Kirchliche Erneuerung de l’Église luthérienne de Bavière (Groupe de Travail pour la Rénovation de l’Église), Humiliatenorden, St. Athanasius-Bruderschaft, Hochkirchlicher Apostolat St. Ansgar, Bekenntnisbruderschaft St. Peter und Paul, la Kommunität St. Michael en Cottbus, la Congrégation Canonicorum Sancti Augustini et le Prieuré de Saint Wigbert. Il y a des groupes similaires en Norvège, Danemark, Finlande et Islande.

– Croyez-vous qu’il se formera une sorte d’ordinariat pour les luthériens dans le futur ?

Un ordinariat ou toute autre structure plus simple et moins polémique pour établir et intégrer dans l’Église Catholique selon le Droit Canon, comme une « société sacerdotale » ou un « institut de vie apostolique », oui, je crois que se formera une structure pour que les luthériens de tous les pays puissent revenir à l’Église Catholique. Il faut le reconnaître, l’Église Catholique, et en général le christianisme, sont attaqués actuellement. Les communautés ecclésiales comme les Anglicans et les Luthériens se divisent chaque fois plus sous les attaques de l’athéisme, de l’agnosticisme, de la philosophie postmodernes et des théologies hérétiques de type libéral. L’Église ne peut se permettre d’affronter ces menaces et d’autres dans son état actuel de division.
C’est le moment pour les Luthériens et d’autres communautés de revenir à l’Église Catholique, pour qu’il soit plus facile pour elle de vaincre ces menaces et réaliser la Nouvelle Évangélisation promue par le Pape Benoît XVI et d’autres personnes ! Il est l’heure de récupérer l’unité de l’Église du Christ! Les Luthériens doivent se rendre compte que revenir à l’Église Catholique, ce n’est pas quelque chose de bon, c’est quelque chose d’extraordinaire. À Gethsémani Jésus a prié pour que tous ses disciples fussent un, comme Lui et le Père sont un, c’est ainsi que l’union avec l’Église Catholique ce n’est pas quelque chose de « bon », mais quelque que chose « d’extraordinaire » car Jésus l’a demandé dans sa prière et l’a ordonné (il ne l’a pas « suggéré » simplement). Les Luthériens doivent revenir à l’Église Catholique, parce que c’est ce qui est correct, c’est l’un chemin correct.
Dans son homélie des vêpres, lors de la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens à Saint Paul hors les murs à Rome le 25 janvier 2011 (ici), le Pape Benoît XVI affirmait: « La recherche du rétablissement de l’unité entre les chrétiens divisés ne peut donc pas se résoudre à une reconnaissance des différences réciproques et à l’obtention d’une coexistence pacifique: ce à quoi nous aspirons est l’unité pour laquelle le Christ lui-même a prié et qui, par sa nature, se manifeste dans la communion de la foi, des sacrements, du ministère. Le chemin vers cette unité doit être ressenti comme un impératif moral, la réponse à un appel précis du Seigneur. C’est pourquoi il faut vaincre la tentation de la résignation et du pessimisme, qui est un manque de confiance dans la puissance de l’Esprit Saint. Notre devoir est de poursuivre avec passion le chemin vers cet objectif, grâce à un dialogue sérieux et rigoureux pour approfondir le patrimoine théologique, liturgique et spirituel commun; grâce à la connaissance réciproque; grâce à la formation œcuménique des jeunes générations et, surtout, grâce à la conversion du cœur et à la prière ». C’est exactement ce que tente de faire la ALCC en s’efforçant d’entrer dans l’Église Catholique comme groupe unifié.

– Si dans le futur un ordinariat pour les Luthériens était créé, quitteriez-vous l’ordinariat anglo-catholique pour l’intégrer?

Certainement nous serions intéressés et collaborerions avec tout futur ordinariat luthérien ou autres structures alternatives en conformité avec le Droit Canon actuel, mais nous ferons exactement ce que nous demanderont la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et le Saint Père. Avant tout, nous membres de la ALCC nous voulons nous transformer en catholiques normaux, comme tous les autres, et nous injecter d’une façon sûre dans le « centre » théologique et sociétal de l’Église Catholique. Nous serons contents de « fleurir » en tous lieux où le Saint Père et la CDF nous auront plantés à l’intérieur de l’Église Catholique.

– Croyez-vous que votre union avec l’Église Catholique influencera d’autres Luthériens?

Sans aucun doute! Il y a des années, le P. Richard John Nieuhaus, un pasteur luthérien des États-Unis qui s’est converti au catholicisme et a été ordonné comme prêtre catholique (et qui était l’éditeur de la revue nord-américaine First Things), a écrit, que, tandis que lui pouvait à peine percevoir des mouvements de Luthériens vers l’Église Catholique, un jour une Église Luthérienne « fera un pas en avant et que rien ne sera plus pareil ». Nous espérons et prions pour que l’Église Catholico-anglo-luthérienne soit cette Église qui fasse ce pas en avant et que cela amène beaucoup de Luthériens à abandonner les hérésies de la Réforme et reviennent à la foi catholique, qu’elle nous rapproche de ce jour béni où la prière du Christ à Gethsémani pour que tous ses disciples soient un devienne de nouveau une réalité, en une seule Église sous l’autorité du Christ et de son Vicaire sur cette Terre, le Successeur de Saint Pierre. D’ici là, la ALCC aura présentes deux devises utilisées par notre Église (1): « Revenir à l’Unité du Corps du Christ, l’Église pour l’Église », et la devise de l'écu du Pape Saint Pie Xl, « Renouveler toutes les choses dans le Christ ».

– Merci beaucoup pour vos réponses. J’espère que nous aurons l’opportunité de nous entretenir de nouveau lorsque vous vous serez membre de l’ordinariat.

Cela a été un plaisir.
--------------------

Ndt – Quelques informations en anglais sur le site http://anglolutherancatholic.org/anglican-ordinariate/




Le coeur des jeunes | Le massacre d'Oslo et la fachosphère