Vous Ítes ici: Articles  

LES NANTIS DES JMJ
 

Carlota réagit avec vigueur à l'article "Sociologie des JMJ"... et un article du Parisien dément les analyses de la Croix, et la Vie (9/8/2011, mise à jour ultérieure) (*))

Je précise que Carlota s'apprête à partir pour Madrid en famille.

Sur ce sujet:
-> Sociologie des JMJ
-> La génération cathoplus
-> Un curieux sondage




 
 

Á lire les « pseudo-enquêtes » sociologiques des journaux comme La Vie et La Croix, je me demande pourquoi ces fameux jeunes pauvres de France, privés des JMJ madrilènes faute d’argent, ne se sont pas déplacés en masse pour être présents sur l’Esplanade des Invalides à Paris pour voir le Pape. Il a été dit que le gros des troupes avait été fourni par les catholiques plutôt de tendance traditionnelle, tandis que la publicité dans les paroisses dites normales aurait été plutôt discrète. C’était pourtant gratuit, juste un ticket de métro et encore. Par contre les soirs des 14 juillet par exemple ils sont tous présents, les jeunes « défavorisés », pour les concerts géants du Champ de Mars ou toutes les festivités organisées par la municipalité de Paris (c’est vrai que ces nuits là les transports en commun sont gratuits faute en fait de pouvoir contrôler les bataillons de resquilleurs !).

Il serait aussi intéressant de faire des études sociologiques sur les pauvres de France, ceux dont les journaux, l’Etat, et les hommes politiques issus des milieux bourgeois favorisés (ou qui y ont accédé en se faisant élus de la nation) et qui ont parfois fait leur apprentissage de jeunes adultes sur les barricades de mai soixante-huit et dans les milieux maoïstes ou trotskistes des années qui ont suivi, ne parlent jamais. Parce que là, il faudrait bien en arriver à dire que ceux que les nantis du microcosme au pouvoir ont abandonné dans des quartiers où ils sont devenus minoritaires, se sont faits parfois musulmans pour survivre (entre intimidations, envies de structures et mariages mixtes). Et ces pauvres devenus minoritaires dans ces quartiers ne le sont pas devenus par hasard… Parfois aussi, l’Église de l’enfouissement s’est fait tellement accueillante faute d’être toujours en pointe de l’évangélisation, qu’elle a prêté à l’occasion ses locaux voire ses églises pour des prières du vendredi et le Ramadam . Et quid ensuite de ces églises qui étaient consacrées et ne le sont plus après ses prières musulmanes, pour les catholiques du coin qui subsistent encore. Un détail !

Pendant ce temps le caté nouvelle version a été tellement édulcoré que cela en est devenu un vague cours sur les religions (ne pas s’étonner, après, des sondages qui posent des questions et des possibilités de réponses bien vasouillardes pour les sondés des JMJ. Mais c’est aussi souvent les caractéristiques des sondages…). Et comme finalement c’est tout pareil, et que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et qu’on ira tous au paradis, pourquoi s’embêter à aller dans les détails et parler des dogmes, et pourquoi se forcer à aller au caté et à la messe, surtout qu’avec ce que disent les journaux et la télévision (avec les sondages !), les curés et le Pape, c’est vraiment pas à fréquenter !

Dans les "quartiers", il est bien plus facile d’avoir une subvention publique pour construire un lieu de rassemblement pour les musulmans qu’une petite église pour des catholiques récemment convertis et en provenance de l’Islam, ou des chrétiens des églises bi-millénaires réfugiés du Moyen-Orient. Et ne parlons pas des petites églises de campagne…Et il est beaucoup moins difficile lorsqu’on est un jeune et qu’on s’adresse aux services sociaux d’avoir un soutien financier pour des vacances dans tel ou tel endroit, sur tel ou tel thème, plutôt que pour Madrid au mois d’août et en 2011. Pourtant une destination qui en vaut une autre !

Quant aux jeunes catholiques français des milieux prétendus aisés qui vont à Madrid, il faudrait nuancer. Et il faudrait aussi parler de la paupérisation de ces classes moyennes depuis au moins dix ans, surtout si la mère est au foyer et qu’il y a une famille chrétienne où la vie à été donnée à plusieurs enfants. Sans parler des nouveaux pauvres en milieu rural où l’argent public ne coule pas à flot comme dans certains quartiers qui en sont d’ailleurs bien peu reconnaissants !

Comme l’a fait remarquer un jeune (ici), le tarif n’est pas le même selon le pays d’origine. Heureusement qu’il y a les pays dits riches pour fournir le plus gros des financements ! En outre à Manille, le plus grand rassemblement JMJ, les participants n’étaient sans doute pas tous des jeunes des classes aisées philippines ! Ce million et plus de jeunes « riches » attendus dans la capitale espagnole, permet à des pèlerins de pays pauvres de venir mais je rappellerai aussi que lors des réunions de préparation des JMJ dans les diocèses français, il a été dit que l’on ferait tout pour que personne ne soit laissé à la porte pour un problème d’argent. Et c’est vrai.

L’on peut aussi souligner que la construction des estrades, des confessionnaux, la mise en place des sonos, la restauration, etc. vont aider des entreprises (donc des jeunes travailleurs pauvres) à bénéficier de quelques contrats dans une Espagne particulièrement ravagée par les méfaits du mondialisme. Cela aurait pu être aussi un sujet intéressant pour les journalistes ! Et puis les richesses sont là aussi pour permettre aux uns d’aider les autres et inversement, pas que pour faire des aumônes et en recevoir. Les riches sont aussi là pour fournir du travail et bénéficier des savoirs faire de ceux qu’ils emploient, de même que ces riches par leurs demandes de services et d’ouvrages permettent de dévoiler et développer des vrais talents. Parce que au cas où les donneurs de leçon l’auraient oublié, la dignité humaine passe pour nous tous d’abord par le travail et l’effort à la mesure de nos possibilités physiques et intellectuelles, pour les moins doués comme pour les plus doués d’entre nous.

Alors, on en a marre de ces réflexes pavloviens journalistiques de lutte des classes pour un monde meilleur. L’utopie et l’idéologie, l’on a vu ce que cela a donné y compris au sein de certains diocèses et paroisses. Quel est l’intérêt de tels articles si ce n’est d’affaiblir encore l’Église Catholique d’une manière subliminale, peut-être la pire, sans que les auteurs eux-mêmes s’en rendent compte, pris dans leur logique de consensus tout azimut et d’articles à la mode (un bon petit sondage c’est toujours porteur pour stimuler les ventes, et les sondeurs passent d’un sujet à l’autre et d’un journal à un autre, avec plus ou moins la même batterie de questions). Et pendant ce temps l’on n’aborde pas les sujets tabous.

L’antidote : tous aux JMJ (physiquement ou grâce à la télévision) avec ou sans sondages !




Mise à jour

(*) Cet article du Parisien, et la photo qui l'illustre, sont un démenti éclatant des enquêtes de La Vie et de la Croix. L'angle d'approche (l'article parle de métissage, est-ce vraiment ce que ces jeunes vont chercher dans les JMJ? et ne s'agit-il pas plutôt d'un manque de vocabulaire, la jeune fille ayant sans doute voulu parler de rencontres, d'universalité, et d'échanges?) laisse toutefois songeurs pour la suite.




 



 

1400 jeunes du diocèse de Nanterre aux JMJ

Les jeunes catholiques des Hauts-de-Seine se déplaceront en nombre aux Journées mondiales de la jeunesse, à Madrid. Parmi eux, un groupe est parti de Gennevilliers.

Ils ont pris la route de l’Espagne il y a trois jours. Onze jeunes de Gennevilliers, catholiques pratiquants de 17 à 20 ans emmenés par le prêtre Hervé Rouxel et l’animateur de leur aumônerie, Mathieu Bazile, vont participer aux Journées mondiales de la jeunesse qui se dérouleront à Madrid du 16 au 21 août.

Ces JMJ, ils s’y préparent depuis près d’un an! Mais pas question de suivre à la lettre le programme concocté par le diocèse (???). « Nous, à Gennevilliers, on ne fait jamais les choses comme les autres! » rigole Mathieu, qui a laissé les jeunes décider de leur voyage.

Avant de rallier le grand rassemblement catholique, ils ont voulu partir à l’aventure. Leur périple doit les conduire sur les routes du Sud, dans le Gard, à Lourdes, en Catalogne… Autant d’étapes où présenter la richesse de leur diversité et découvrir celle des autres. « Le métissage, c’est notre force! » proclame Gwladys. Comme elle, les jeunes pèlerins de Gennevilliers sont issus d’une mosaïque de communautés africaines et antillaises, et tous ont soif de rencontres d’ailleurs. « Aux JMJ, il y aura plein de chrétiens de toutes origines, même du Brésil! » s’émerveille déjà Ornella. « Les JMJ, c’est la preuve que la jeunesse peut apporter un message de paix au monde », veut croire Mathieu.

Pour financer l’expédition, les filles ont réalisé un spectacle de danse, les garçons une pièce de théâtre. « On a joué dans des églises à Gennevilliers, à Asnières, à Paris, les gens donnaient ce qu’ils voulaient », raconte Anne. Tout le groupe s’est mobilisé, même les lycéens qui révisaient le bac. « C’était galère, mais on l’a tous eu! » sourit Olivia.
.....




JMJ et "indignados" de Madrid | Pope Benedict in the Holy Land