Actualités Images La voix du Pape Livres Visiteurs Index Autres sites Qui je suis Recherche
Page d'accueil Visiteurs

Visiteurs


"Ferragosto" avec BenoÓt XVI à Castelgandolfo Vacances aux Combes Dernières entrées 2009, année sacerdotale L'Encyclique sociale Obama et l'Eglise 28 avril: L'Aquila Père Scalese Quatre ans de Pontificat

Une lettre de Jeannine

Un regard aigu et subtil sur l'actualité papale de mai-juin de la part de mon amie Jeannine (14/6/2009)

Depuis l'Acquila, le voyage en Terre Sainte et les
autres célébrations il me semble que la liberté totale de ce pasteur
est de plus en plus évidente. Benoît XVI n'est pas obnubilé par le
souci du souvenir qu'il laissera.
Un des interlocuteurs de l'émission "c' dans l'air" du 12 mai 2009 :
Abdennour Bidar se demandait quel
serait l'état de la papauté après ce pontife qui fait preuve de
maladresse, manque de charisme et perd toute crédibilité depuis
janvier 2009. En jetant un coup d'œil à la biographie de cet
intervenant j'ai mieux compris ce jugement très sévère qui rejoint
celui de la frange des catholiques si haineux envers notre Pape.
Benoît XVI continue sa route; l'intensité de la lumière qui le guide
n'est pas couplée avec un rhéostat qui la module en fonction de
l'audimat, de sa côte de popularité. Benoît XVI s'est trouvé projeté
sur le devant de la scène mondiale. Avec amour, humilité, il a
répondu oui mais à travers les phrases prononcées ou écrites on
retrouve ce que j'interprète moi comme une certaine nostalgie: il
fait le pape, il instruit le troupeau avec amour, patience,
bienveillance, fermeté mais il n'est qu'un instrument, un vecteur; il
ne s'identifie pas à la fonction.
(...)
La journée au Mont Cassin a été très réussie. Dans ce fief bénédictin
notre Benoît ne pouvait que se sentir en terrain familier. Il y était
déjà venu souvent. Je crois me souvenir que les rencontres avec le
journaliste allemand Peter Seewald avaient lieu dans cette atmosphère
bénédictine ainsi qu'il est dit dans l'introduction du Sel de la
terre et de Voici quel est notre Dieu présenté par l'éditeur comme le
Credo du nouveau Pape.

Le jeu des questions-réponses lors de la rencontre de l'Enfance
Missionnaire montre bien le pasteur souriant, mutin, qui donne un
cours vivant, simple mais exigeant même avec des enfants. L'exigence
est une preuve d'amour, d'intérêt et elle est valorisante pour les
jeunes car elle leur fait prendre conscience de leur juste place dans
la société en commençant par la famille.

Les célébrations liturgiques présidées par Benoît XVI sont très
belles. La messe de Pentecôte avec la chorale de Cologne et
l'orchestre de la même ville, la présence discrète de Mgr Georg
Ratzinger ont dû contribuer à faire de cette journée une pause
agréable dans la vie au Vatican pour le Saint-Père. J'apprécie
beaucoup Mgr Guido Marini, cet ecclésiastique grand, distingué,
discret, qui guide si bien et avec tant de prévenance notre Saint-
Père, attentif à lui offrir la liturgie qu'il aime. Je pense qu'ils
sont tous deux sur la même longueur d'onde. Mgr Piero Marini me
paraissait moins proche, son attitude était plus raide; je suis
franche, je préfère le jeune Marini.

Merci pour les photos dont vous nous faites cadeau. Celles de Mgr G.
Gänswein sont sobres et contribuent à mieux réaliser la place de
choix qu'il occupe aux côtés de Benoît XVI. Etre attentionné,
prévenant, efficace tout en s'effaçant ne doit pas être facile. Rien
à voir avec la "camaraderie" qui était de bon ton entre Jean-Paul II
et son secrétaire; même très proche d'une personne je ne vois pas
Joseph Ratzinger dans ce genre de rapport car il impose malgré lui
une certaine distance due à sa supériorité intellectuelle, à sa
distinction innée. Je dois dire que j'apprécie car tout geste venant
de sa part prend ainsi de la valeur.

Il me plaît de savoir que Benoît XVI retourne aux Combes pour ses
vacances d'été, l'ambiance y était chaleureuse, respectueuse de son
besoin de repos. Je connais le val d'Aoste pour y avoir passé des
vacances, peut-être est-ce la raison de ma préférence mais
l'atmosphère de Lorenzago m'a paru plus ordinaire, trop exigeante et
je n'ai pas oublié l'article malveillant d'une journaliste italienne
(trouvé dans votre site) sur l'arrivée du Saint-Père.

Toujours beaucoup de monde aux audiences et un accueil plus que
chaleureux avec applaudissements, musique, chants. Dans La Croix, en
2008, quand il avait été question de la baisse de fréquentation pour
les célébrations, audiences,angélus, il avait été précisé qu'une
baisse similaire avait été enregistrée dans les débuts du précédent
pontificat. C'était dans un petit article de quelques lignes mais
cela ne m'avait pas échappé. Récemment le Cardinal Kasper a pris la
défense de Benoît XVI pour ce, qui aux yeux des juifs, n'a pas été
dit au mémorial.
Dans ce grand appareil les réactions n'arrivent jamais à chaud et les
médias en profitent pour faire haïr, pleurer dans les chaumières!!
Les soi-disant fidèles et les autres veulent tout et tout de suite.
Les journalistes réagissent au quart de tour, l'information fuse de
toute part et se diffuse à la vitesse de l'éclair. Pas de
vérification, pas de recoupement, on mitraille, on interviewe et on
met en boîte ou sous presse.

(..) Que ce soit La Croix, KTO,
ces intermédiaires ont besoin d'étendre leur zone d'influence. Il
faut plaire à ceux qui veulent du tout catho, à ceux qui en veulent
moins, accrocher ceux qui, indécis ou hostiles, se laisseront peut-
être appâter par un ton plus laïc. Je suis incapable de juger le
pape, c'est l'homme que j'apprécie. Lorsque l'on a sous son aile plus
de un milliard d'âmes à guider la contestation est inévitable et je
n'aime pas cela car elle me fait mal; j'ai tort , il est bien au-delà
de toutes ces querelles. Dans mon for intérieur il m'arrive de râler
contre lui car je trouve qu'à un moment bien précis il pourrait faire
un effort pour mieux répondre à l'enthousiasme ou être plus incisif
mais dès que je le vois à l'écran avec son sourire apaisant, sa voix
douce, sans rien de triomphal en lui, je n'ai plus le moindre grief à
son encontre.
(...)
Continuez à nous fournir de belles images, tous les commentaires que
vous nous apportez pour nous aider à sortir du cadre restreint de
l'Eglise pour la replacer dans le monde, c'est aussi très important.
Je me promène dans les sites que vous nous faites connaître, j'en ai
fait une liste fort utile. J'aime bien la formule du commentateur de
KTO pour les audiences : le Saint-Père se promène dans sa papamobile.
Avec son accent italien cela ôte toute solennité à l'arrivée de
Benoît XVI sur la place Saint-Pierre et c'est bien.

Le Pape musicien Réactions à l'Encyclique (2)